25 octobre 2018
Le Salon du véhicule électrique prend du volume
Par: Jean-Luc Lorry
Dans le cadre de la 2e édition du Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe, les concessionnaires disposeront cette année d’une plus grande superficie pour exposer leurs modèles hybrides et 100 % électrique. Photothèque | Le Courrier ©

Dans le cadre de la 2e édition du Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe, les concessionnaires disposeront cette année d’une plus grande superficie pour exposer leurs modèles hybrides et 100 % électrique. Photothèque | Le Courrier ©

Le succès de la première édition du Salon du véhicule électrique, qui avait lieu l’automne dernier au Centre de congrès de Saint-Hyacinthe, a incité les organisateurs à voir plus grand cette année. 

Les 2, 3 et 4 novembre, les visiteurs sont attendus au Centre BMO, dont la superficie d’exposition sera de plus de 60 000 pieds carrés comparativement à 25 000 pieds carrés l’an passé.

Sur place, il sera possible de réaliser des essais routiers avec différents modèles hybrides et entièrement électriques.
En 2017, le Salon du véhicule électrique avait attiré 11 800 visiteurs durant les trois jours de l’activité.

Lors de la planification de la seconde édition, les organisateurs ont dû trouver un nouveau lieu d’accueil en raison de l’indisponibilité du centre de congrès pour la même période. Un mal pour un bien puisque le Centre BMO permettra de recevoir davantage d’exposants.

« Comparativement à 2017 où nous avions une douzaine d’exposants, une trentaine de manufacturiers seront sur place cette année », indique en entrevue au COURRIER Guy Lussier, initiateur du Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe.

Pour organiser ce salon, M. Lussier est épaulé par Jean-Pierre Julien, à titre de promoteur, et par Daniel Breton, un expert reconnu dans le domaine.

Selon des données obtenues par Daniel Breton auprès de la SAAQ, près de 1 % des véhicules électriques immatriculés au Québec sont situés à Saint-Hyacinthe.

« Si l’on consulte le nombre d’immatriculations de véhicules rechargeables depuis août 2014, le Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe a eu un effet positif sur les ventes des concessionnaires de la municipalité », note M. Breton.

Selon lui, le marché des véhicules électriques a le vent dans les voiles. « Aujourd’hui, ce type de véhicule est proposé à un prix concurrentiel. Les bornes de recharge se multiplient sur le territoire et l’autonomie d’une voiture électrique est de plus en plus importante », souligne Daniel Breton.

Manque d’appui de la Ville

Guy Lussier regrette que la Ville de Saint-Hyacinthe n’apporte pas davantage son soutien au développement de l’électrification des transports.

« La Ville devrait nous appuyer en installant davantage de bornes électriques. Elle devrait aussi offrir des commodités comme le stationnement gratuit pour les véhicules verts », mentionne M. Lussier qui préside l’Association des concessionnaires automobiles de Saint-Hyacinthe.

Cette année, le président d’honneur sera le cardiologue François Reeves. Celui-ci a collaboré avec Daniel Breton pour son livre L’auto électrique… et plus!

Dans le cadre du salon, François Reeve présentera une conférence sur la santé et l’environnement.

Pour mettre sur pied cette deuxième édition, les organisateurs ont pu compter sur l’implication de Desjardins (à titre de présentateur), de l’entreprise maskoutaine Bectrol et de l’Association des véhicules électriques du Québec.

image