5 mars 2020
Entre les lignes
Le semeur s’en est allé
Par: Le Courrier

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris lundi le décès de Marcel Chagnon, une figure emblématique de l’agriculture maskoutaine et valoise.

Publicité
Activer le son

C’était un homme franc, honnête, sincère et droit dans tous les sens du terme. Il donnait toujours l’heure juste. C’était un homme imposant et pour lequel j’ai toujours eu le plus grand des respects, pour ne pas dire de l’affection.

À une certaine époque, il était impliqué comme nul autre dans sa communauté, partageant son temps entre sa famille, sa ferme à Saint-André-d’Acton, le monde agricole régional et provincial et la politique municipale.

Le bilan de ses réalisations est impressionnant : impliqué en politique municipale à Saint-André-d’Acton pendant 22 ans, dont huit à titre de préfet de la MRC d’Acton, en plus de 35 ans de militantisme agricole actif. Motivé par l’amour de la terre, de l’agriculture et des agriculteurs, Marcel Chagnon aura été président de l’Union des producteurs agricoles de Saint-Hyacinthe de 1985 à 1993, année de son élection à la vice-présidence générale de la Confédération de l’UPA d’où il sera évincé en décembre 1997. Inutile de dire qu’il a reçu nombre d’hommages et d’honneurs mérités : retenons le prix de Famille terrienne de l’année en 1994 et le titre de Commandeur de l’Ordre du mérite agricole du Québec en 1999. L’UPA de la Montérégie lui a ensuite rendu un ultime hommage en lui décernant le Coup de chapeau de son gala Agristars en avril 2015.

En guise d’ultime au revoir, les paroles de la magnifique chanson « Le Semeur » de Mario Pelchat lui vont à merveille et résument l’état d’esprit de plusieurs en pensant à cet homme plus grand que nature qui vient de nous quitter.

Il est de ces gens qui laissent des traces
Au-delà du temps
Au-delà du vent qui passe
Il est de ces hommes qui de leurs mains
Ont enfoui dans la terre
Un roseau qui fleurira
Même après qu’il partira
Car plus fort que l’hiver
Il survivra

image