23 septembre 2021
À l’arrière du Centre des arts
Le stationnement est officiellement disparu
Par: Sarah-Eve Charland

Après des semaines de tergiversation, le stationnement à l’arrière du Centre des arts Juliette- Lassonde est fermé depuis le 19 septembre. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Deux semaines après un imbroglio avec un promoteur, la Ville de Saint-Hyacinthe a fermé pour de bon les cases de stationnement à l’arrière du Centre des arts Juliette-Lassonde après en avoir fait l’annonce sur une affiche à quelques jours d’avis.

Publicité
Activer le son

La section a été amputée de 247 cases de stationnement le 19 septembre afin de permettre les travaux de Groupe Sélection. La Ville a installé des panneaux au milieu de la semaine passée pour en faire l’annonce. Dès le lendemain, des mesures de mitigation ont été mises en place.

« Elles ont été révisées récemment pour tenir compte de l’évolution de la situation. Plusieurs exercices de comptage dans les stationnements publics ont été effectués dernièrement pour obtenir un diagnostic précis des besoins en matière d’espaces de stationnement », assure le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil.

Depuis le 20 septembre, 83 cases de stationnement tarifiées sur rue au sud-ouest du centre-ville sont devenues gratuites pour la durée des grands travaux. La Ville annule aussi la restriction de durée maximale de deux heures pour 38 cases sur rue situées à l’est du centre-ville. À ce total de 121 cases, il pourrait y avoir d’autres ajustements si la situation le demande.

Afin d’éviter d’utiliser le terrain de soccer aux Loisirs Christ-Roi pour des cases de stationnement, Saint-Hyacinthe exploitera un terrain sur l’avenue Sainte-Marie et un sur la rue Bibeau pour y aménager 91 cases de stationnement. Étant donné que le plan d’utiliser le terrain de soccer en y mettant du gravier a été mis de côté pour le moment, la Ville juge la mise en place d’un système de navettes et de vignette non nécessaire.

On annonce également la mise en place de signalisations qui guideront les visiteurs du centre-ville vers les stationnements gratuits. D’autres outils de communication seront aussi partagés par la Ville, le Centre des arts et la Société de développement commercial (SDC) centre-ville.

Il y a deux semaines, un entrepreneur avait pris l’initiative, sans avoir obtenu l’aval de la Ville, de distribuer une note dans les parebrises des voitures stationnées à l’arrière du Centre des arts Juliette-Lassonde pour annoncer la fermeture du stationnement. La Ville avait réagi en affirmant que la fermeture n’était pas encore en vigueur. Selon la directrice des communications de la Ville de Saint- Hyacinthe, Brigitte Massé, ce qui a changé depuis, ce sont les avis de chantier reçus à la Ville.

« Dès le début de l’été, ce qui avait été convenu, c’est qu’on allait déployer les mesures en fonction des besoins quand on allait avoir des avis annonçant le début de chantiers. On déploie des mesures quand c’est pertinent. Pour ce qui est de Groupe Sélection, ils sont mobilisés et ils sont prêts. Dans ce coin-là, plusieurs chantiers sont prêts. Là, il y a un besoin », mentionne Mme Massé.

Communications

Le directeur du développement commercial à Saint-Hyacinthe Technopole, Sylvain Gervais, a été nommé responsable de la mobilité au centre-ville pendant la durée des grands chantiers. Il aura le mandat d’identifier rapidement les situations problématiques et de déployer des solutions. Il pourra agir pour garantir la sécurité et la fluidité des voies de circulation et intervenir lors d’occupation illégale du domaine public.

« Nous collaborons avec les groupes touchés afin de traverser cette étape de la meilleure façon possible. Ensemble, nous allons déployer et adapter des mesures qui vont nous permettre de continuer à offrir un milieu de vie agréable pour nos résidents, pour les travailleurs du centre-ville et pour les visiteurs. Nous partageons la même volonté de nous entraider pour mettre en œuvre les solutions les plus efficaces possible. Plusieurs des chantiers à venir relèvent de promoteurs privés qui ont leur propre agenda pouvant changer à tout moment. Nous devons donc anticiper un éventail de mesures qui seront déployées progressivement », souligne M. Corbeil.

Selon la Ville, la pression sur les stationnements est moins grande que prévu puisque de nombreux travailleurs demeurent en télétravail en raison de la quatrième vague de la COVID-19. Certains chantiers ont été retardés à cause de la pénurie de main-d’œuvre et le coût élevés des matériaux.

image