30 novembre 2017
Gravel, Lemay et Bordeleau
Le trio le plus redoutable du circuit collégial
Par: Maxime Prévost Durand
William Bordeleau, William Lemay et Simon Gravel donnent des maux de tête à toutes les équipes qui les affrontent cette saison. Photo François Larivière | Le Courrier ©

William Bordeleau, William Lemay et Simon Gravel donnent des maux de tête à toutes les équipes qui les affrontent cette saison. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Simon Gravel, William Lemay et William Bordeleau donnent des maux de tête à toutes les équipes qui affrontent les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe depuis le début de la saison. En 22 parties cette saison, ils ont été écartés seulement deux fois de la feuille de pointage, formant le trio le plus redoutable du circuit collégial de hockey.

Publicité
Activer le son

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le capitaine Simon Gravel compte déjà 16 buts et 21 passes pour un total de 37 points, puis son acolyte William Lemay propose un rendement de 16 buts et 29 aides pour 45 points. Ces statistiques placent Lemay et Gravel au sommet des pointeurs de la ligue. Leur coéquipier William Bordeleau, même s’il assure un rôle plus physique sur le trio, cumule 6 buts et 7 passes.
« On se complète bien », reconnait Lemay, arrivé avec l’équipe cette saison après une année dans la ligue junior AAA du Québec avec le Collège Français de Longueuil. Même s’il n’était pas avec ses nouveaux compagnons de trio au sein des Lauréats l’an dernier, celui qui porte le numéro 8 retrouvait certains repères en se joignant à la formation maskoutaine. « J’avais joué avec Gravel dans le midget AAA [avec les Gaulois d’Antoine-Girouard]. On avait été sur la même ligne durant les séries et ça avait bien été. On voulait un peu répéter ce qu’on avait fait à ce moment-là et jusqu’ici ça fonctionne bien. »
Pour Bordeleau et Gravel, leur collaboration sur la glace remonte à encore plus loin. « On a joué ensemble pendant trois ans avec les Gaulois, dans le bantam AA, le bantam AAA et le midget espoir, des fois sur la même ligne, d’autres fois non », raconte le gros numéro 14 des Lauréats. L’an dernier, le tandem s’était aussi retrouvé sur le même trio pour leur saison recrue dans la ligue collégiale.
Des attentes élevées
Chacun maintenant âgé de 18 ans, les attentes étaient plus élevées à leur endroit en début de saison et l’entraîneur-chef Louis-Philippe Blanchet n’a pas été déçu de ses protégés jusqu’ici.
« Ce sont des joueurs sur lesquels on construit l’équipe, des joueurs de concession. Ils sont des modèles pour nos recrues. Ils ont une bonne attitude, ils prennent leurs études à cœur et sont sérieux autant sur la glace qu’à l’extérieur », soutient-il.
Simon Gravel estime d’ailleurs que le fait de mieux gérer son temps d’études lui permet d’offrir de meilleures performances sur la patinoire. « C’est plus facile lors de la deuxième année de bien mêler école et hockey. Je ne fais plus mes travaux la veille d’un match parce que je sais que si je dors moins, je vais moins bien jouer. »
Jusqu’à maintenant, le capitaine est largement en avance sur sa production offensive de l’an dernier. « Je pense que j’ai déjà plus de passes que l’an dernier », fait-il observer. Vérification faite, il compte effectivement sept mentions d’aides de plus que la saison précédente avec encore 14 matchs à jouer et il lui manque à peine six buts pour égaler ses 22 filets inscrits en 2016-17.
Bien conscient qu’ils sont sur le radar des défensives adverses, le personnel d’entraîneurs s’assure de bien les préparer avant chaque partie. « Il y a des matchs où c’est plus difficile pour eux de manœuvrer, où il y a un peu moins d’espace. Dans ces moments-là, ils doivent simplifier leur jeu pour trouver une façon de contribuer malgré tout. Ce ne sont pas tous de beaux buts et des tic-tac-toe. Il y a des fois où c’est simplement un retour de lancer », relate l’entraîneur Blanchet.
Malgré cet impressionnant début de saison, pas question de ralentir le tempo pour ce trio. « Pour moi et Will [Lemay], l’objectif est de finir parmi les cinq meilleurs pointeurs de la ligue et on veut que l’équipe termine au premier rang », lance Gravel. « Le but est d’arriver aux séries le plus prêt possible pour qu’on soit au sommet et qu’on remporte la coupe », ajoute Bordeleau.
Avec encore 14 matchs à faire, les Lauréats trônent toujours au sommet du classement général de la ligue collégiale avec 36 points. En 22 parties, ils n’ont encaissé que quatre revers. 

image