11 juillet 2019
Retraite de Luc Brodeur-Jourdain
Le vieux joueur devient jeune entraîneur!
Par: Martin Bourassa

Luc Brodeur-Jourdain a savouré pleinement son dernier match dans l’uniforme des Alouettes, mettant ainsi un terme à une brillante carrière de onze saisons. Photos Dominick Gravel | Alouettes de Montréal

C’est avec panache et beaucoup d’émotions que le Maskoutain Luc Brodeur-Jourdain a mis un terme à sa brillante carrière de joueur avec les Alouettes de Montréal, jeudi dernier.

Au terme d’une victoire inespérée de 36-29 face aux Tiger-Cats de Hamilton au Stade Percival-Molson, celui que l’on surnomme affectueusement le gentil géant a salué la foule une dernière fois en versant quelques larmes de joie, lui qui a longuement été ovationné au terme d’une entrevue d’après-match fort émotive.

« C’est un match que j’aurai dans mes souvenirs longtemps, a-t-il confié au COURRIER. Je ne suis pas sorti du terrain avec une coupe Grey au bout des bras, mais j’ai eu beaucoup de fun. Il y avait de l’émotion et une énergie positive dans l’air. J’ai savouré pleinement tous mes jeux et je n’ai aucun regret. »

Coiffé du casque du guerrier du match, remis pour la première fois au joueur des Alouettes qui s’est particulièrement illustré dans la rencontre, le colosse de 6 pieds 2 pouces et 326 livres selon les statistiques officielles de la Ligue canadienne de football (LCF) a pris le temps de remercier la foule montréalaise ainsi que ses coéquipiers.

Ayant amorcé le match comme partant, il avait pris part à la première série offensive qui a été couronnée par un placement de trois points. Tout de suite après, il avait cédé sa place à Kristian Matte. Luc croyait bien son match terminé ou encore limité à quelques jeux sur les unités spéciales, mais une blessure survenue à un coéquipier vers la fin du troisième quart a forcé l’entraîneur à revoir sa formation et à faire appel à ses services.

« L’émotivité et la fébrilité ont embarqué à ce moment et ne m’ont plus quitté du match », a ajouté le nouveau retraité.

Son retour glorieux sur l’unité offensive a tout de suite pavé la voie à un touché, puis à la victoire décisive des Montréalais, une toute première après deux défaites à l’étranger cette saison. Pour les Tiger-Cats, il s’agissait d’une première défaite.

Un bilan

Âgé de 36 ans, Luc Brodeur-Jourdain tire donc sa révérence après avoir disputé un total de 168 matchs dans la LCF, dont 127 départs au poste de centre sur la ligne offensive avec les Moineaux, et deux bagues de la Coupe Grey aux doigts, remportées en 2009 et 2010. Pas si mal pour cet ancien joueur du Rouge et Or de l’Université Laval qui avait été le tout dernier joueur repêché à l’encan de la LCF en 2008.

Au chapitre des honneurs individuels, le palmarès de Lucky Luc est aussi impressionnant. Il a entre autres remporté le trophée des anciens combattants Jake-Gaudaur en 2017. En 2015, il avait été élu le joueur canadien par excellence des Alouettes et reçu le titre de joueur de ligne par excellence de la formation montréalaise en 2013. Brodeur-Jourdain a également été élu sur l’équipe d’étoiles de la division Est à deux reprises au cours de sa carrière de 11 saisons avec les Alouettes.

« J’ai donné le maximum, dira Brodeur-Jourdain. À vrai dire, j’ai l’impression d’être allé au-delà de ma carrière de joueur. J’ai subi une blessure majeure il y a trois ans et elle aurait dû mettre un terme à ma carrière. Je suis reconnaissant aux Alouettes de m’avoir permis de guérir et de revenir en force après ça. »

Coach BJ

De quoi sera maintenant faite l’après-carrière de Luc Brodeur-Jourdain?

À l’annonce de sa retraite, le président et chef de la direction des Alouettes, Patrick Boivin, avait laissé entendre que Luc Brodeur-Jourdain allait toujours demeurer un membre de la famille des Alouettes et qu’il avait l’intention de lui trouver un rôle au sein de l’organisation. Il est rapidement passé de la parole aux actes puisque les Alouettes ont annoncé mardi que Luc Brodeur-Jourdain avait accepté de rejoindre le personnel d’entraîneurs de l’équipe à tire d’entraîneur adjoint de la ligne offensive.

Il secondera Paul Dunn et pourra ainsi mettre son bagage de connaissances et son expérience au profit de ses anciens coéquipiers.

« C’est une grosse semaine pour moi, rigole le Maskoutain. Je passe tout d’un coup du vieux joueur hypothéqué au rôle de jeune entraîneur adjoint enthousiaste et plein d’énergie, c’est un méchant challenge, mais j’ai envie de vivre ça. L’adaptation devra être rapide, mais ce sera à moi d’établir ma crédibilité. »

Coach BJ, comme on le surnomme déjà, ne ferme pas la porte à s’investir davantage dans le football scolaire et collégial de Saint-Hyacinthe si on lui demande, mais seulement lorsque son emploi du temps le lui permettra.

« Je veux redonner aux jeunes, mais quand le moment sera venu et pas au détriment de ma famille. »

image