7 juillet 2011
Les filles à un million de dollars
Le Zipper change de mains
Par: Le Courrier
Frédéric Tremblay a cédé à la tentation de vendre son établissement à des intérêts chinois.

Frédéric Tremblay a cédé à la tentation de vendre son établissement à des intérêts chinois.

Le Zipper, fleuron des bars de danseuses maskoutains, a été vendu pour plus d’un million de dollars à un groupe d’hommes d’affaires chinois de Montréal. Les fidèles clients n’ont toutefois rien à craindre : tout porte à croire que le Zipper restera ouvert.

Publicité
Activer le son

Son propriétaire Frédéric Tremblay s’est laissé tenter par la somme alléchante de 1,05 M$ après plusieurs années de dur labeur pour mener son entreprise vers la reconnaissance qu’elle a connue récemment. Il était entré dans la danse il y a déjà dix ans, en tant que portier, avant de devenir propriétaire trois ans plus tard.

« Le Zipper, c’est mon bébé. J’y ai mis beaucoup de temps, de jour et de nuit. Maintenant, il est temps de me reposer un peu avant que la santé ne suive plus », a-t-il expliqué en confirmant la transaction au COURRIER.Dans les faits, le bar n’était pas à vendre et les affaires allaient rondement. C’est un homme d’affaires chinois qui a d’abord approché le propriétaire pour lui faire une offre difficile à refuser. Cet investisseur aurait magasiné les bars de danseuses à travers le Québec pour arrêter son choix sur l’établissement maskoutain en raison de sa « formule unique ». C’est que Le Zipper, au contraire de plusieurs bars de danseuses, compte une clientèle féminine grandissante. « Les femmes viennent chez nous pour la discothèque ou pour accompagner leur copain. C’est une tendance bien établie qui pourrait se propager ailleurs au Québec », croit M. Tremblay.Les acquéreurs sont déjà propriétaires du Vegas Casino Bar, à Montréal, un établissement licencié populaire pour ses terminaux de loteries vidéo.Selon M. Tremblay, Le Zipper conservera sa vocation actuelle ainsi que la grande majorité de son équipe. Au cours des dernières années, l’établissement s’est taillé une place de choix parmi les dix meilleurs bars de danseuses au Québec, selon la revue Summum. Ses danseuses ont aussi participé aux balbutiements de la chaîne de télévision Vanessa, propriété d’Anne-Marie Losique.« J’ai vécu de beaux moments au Zipper. Tous les contacts que j’ai établis avec des gens d’affaires d’ici et d’ailleurs font en sorte que je ne suis pas inquiet pour le futur. J’ai des projets et des gens pour m’aider à les réaliser », a fait remarquer M. Tremblay, sans en dévoiler davantage sur ses intentions.En plus de posséder Le Zipper, ce dernier a aussi été propriétaire des défunts Chiefs de Saint-Hyacinthe, qui évoluaient dans la Ligue nord-américaine de hockey. Cette aventure s’était terminée en queue de poisson lorsqu’un généreux bénévole de l’équipe, le Hells Éric Bouffard, a été arrêté dans le cadre de l’Opération SharQc au printemps 2009.Désormais joueur autonome, Frédéric Tremblay préparera son retour au jeu sur son ranch, auprès de ses chevaux, où il compte passer la majeure partie de l’été.

image