8 mars 2012
L’école BJSC reçoit un champion d’athlétisme
Par: Maxime Desroches

Plus de 200 élèves de l’école primaire Bois-Joli-Sacré-Coeur ont assisté à une conférence du retraité sprinteur québécois Bruny Surin, le vendredi 2 mars. Ce dernier les a entretenus de sa passion pour sa discipline et de l’importance de s’accrocher à son rêve à travers les obstacles.

publicité

Bel exemple de persévérance lui-même, l’athlète natif d’Haïti, déménagé au Québec avec ses parents à l’âge de 8 ans, a mis 14 ans avant d’atteindre l’objectif qu’il s’était fixé alors qu’il était adolescent. Plusieurs croyaient pourtant inatteignable compte tenu de son parcours, son souhait de remporter une médaille olympique.

« Quand tu commences aussi tardivement que moi dans un sport (il a été initié à l’athlétisme à 17 ans seulement) et que tu rêves d’être médaillé olympique, il y a plusieurs préjugés contre toi. Il s’agit de leur faire face de la bonne façon. À la moindre mauvaise performance, il y aura des gens pour te dénigrer, pour te traiter de perdant, pour te conseiller d’abandonner. D’ignorer ces personnes-là, c’est aussi cela, être persévérant », a-t-il déclaré devant la foule d’élèves attentifs à ses conseils, mais aussi impatients de voir et toucher la fameuse médaille d’or gagnée par Surin et ses coéquipiers canadiens au relais 4 x 100 m, en 1996, à Atlanta.Celui qui a déjà parcouru la distance de 100 m en 9,84 secondes a insisté sur la nécessité de vaincre ses peurs afin de se dépasser, pas seulement dans le sport, mais dans toutes les facettes de la vie.« Durant une carrière de sprinteur, des craintes, on en a tellement que je pourrais vous les énumérer jusqu’à demain matin. La peur de pas être à la hauteur, de connaître un mauvais départ, de commettre une erreur technique, et celle de s’exécuter devant une foule survoltée de 80 000 personnes, a-t-il imagé. « Vous aussi, des peurs vont se dresser devant vous et ce que vous voulez accomplir. Il faut avoir le courage de passer par-dessus et la volonté de travailler fort pour arriver à ses fins. »

De nouvelles passions

Retraité du monde de l’athlétisme depuis 2002, l’homme de 44 ans dit ne pas trop s’ennuyer de ces 16 années en piste. Malgré tout, il n’en est pas demeuré bien loin, puisqu’il a fait le saut dans l’univers télévisuel en tant qu’analyste lors des compétitions, et s’est aussi découvert, plus récemment, une passion pour le genre de conférences qu’il a présentées aux élèves de l’école BJSC.

« J’aime de pouvoir interagir avec eux et leur démontrer la preuve que le succès, ce n’est pas seulement dû au talent, mais à un paquet d’autres facteurs. »M. Surin a d’ailleurs passé de longues minutes, une fois sa présentation terminée, à répondre aux dizaines de questions des élèves, enseignants et parents. L’éducateur physique Nicolas Caron s’est quant à lui dit impressionné de voir l’intérêt qu’ont porté les enfants à un athlète qu’ils n’ont, pour la plupart, pas eu la chance de voir évoluer étant donné que les plus vieux sont nés en 2001.« De voir à quel point les élèves ont embarqué, je pense que cela prouve qu’il y a un réel intérêt pour l’athlétisme. Il ne manque qu’un petit coup de main de la Ville de Saint-Hyacinthe pour la construction d’une vraie piste d’athlétisme pour que la course à pied ne prenne encore plus d’ampleur », a-t-il souligné.

image