19 août 2021
carte blanche
L’effet papillon du gazon
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

La semaine passée, je vous parlais du GIEC et de son rapport sur le climat, qu’il est minuit moins une et blablabla. Bon, vous connaissez la chanson, il faut prendre dès maintenant des décisions radicales courageuses avant d’atteindre le point de non-retour.

Nous en sommes là, hélas, parce que nous avons perdu beaucoup trop de temps à cause de l’incapacité d’élus de tous les paliers confondus à agir comme du monde.

À peine quelques jours plus tard, j’apprenais qu’en raison de travaux majeurs, Saint-Hyacinthe perdra 247 stationnements au centre-ville. La solution de nos élus? Étendre de la garnotte sur un terrain de soccer pour y parquer des chars. Je vous le confirme, nos élus, du municipal au fédéral, sont incapables, incompétents et inconscients.

Ce n’est qu’un morceau de gazon, diront certains. Et c’est bien là tout le problème. L’affligeante myopie de dirigeants qui n’ont que l’économie, la croissance et le char dans leur étroit champ de vision amène nos élus municipaux à sacrifier un espace vert plutôt que des places de stationnement aussi facilement qu’ils sacrifient des terres agricoles au profit de l’industrie.

La même courte vue afflige François Legault quand il déclare que « la protection de l’environnement ne se fera pas au détriment des emplois ». Emmitouflé dans sa robe de chambre de commerce et agité du même astucieux cynisme qu’un Trudeau qui promet de planter des arbres avec l’argent du pétrole.

Nos dirigeants sont inconscients du danger, incompétents à imaginer des solutions et incapables de les appliquer dans la vie réelle. Ils sont dépassés, ce sont des Serpuariens plus obsolètes qu’une machine à reculer des cassettes VHS. Au centre de tri, pis ça presse!

image