29 décembre 2011
Centraide Richelieu-Yamaska
Léger ralentissement pour la campagne 2011
Par: Le Courrier
À ce jour, Centraide Richelieu-Yamaska a réussi à amasser une somme de 1 970 558 $ grâce à la générosité des donateurs et des entreprises, soit 94 % de l’objectif fixé à 2 105 000 $.

À ce jour, Centraide Richelieu-Yamaska a réussi à amasser une somme de 1 970 558 $ grâce à la générosité des donateurs et des entreprises, soit 94 % de l’objectif fixé à 2 105 000 $.

C’est le mercredi 7 décembre que se tenait la soirée de dévoilement des résultats de la 56e campagne de financement de Centraide Richelieu-Yamaska. À ce jour, l’organisme a réussi à amasser une somme de 1 970 558 $ grâce à la générosité des donateurs et des entreprises, soit 94 % de l’objectif fixé à 2 105 000 $.

La campagne 2011 connaît un léger ralentissement, notamment auprès des entreprises du secteur des industries, du secteur de l’assurance et dans les campagnes organisées dans les sociétés d’État et organismes publics.

« Ce sont trois secteurs cruciaux pour Centraide Richelieu-Yamaska puisqu’une grande majorité de nos campagnes s’y déroulent. L’impact de ce manque à gagner est réel. Les besoins des organismes sont en hausse et les moyens dont on dispose, sont en baisse. On ne souhaite pas que les organismes locaux soient touchés par cette diminution, les services qu’ils dispensent sont tellement importants pour toute notre communauté. Je souhaite rappeler à nos donateurs que leurs dons touchent 1 personne sur 5 sur notre territoire. Il n’est pas trop tard pour donner puisque la campagne Centraide se termine officiellement le 31 décembre. Il manque 134 442 $ pour atteindre notre objectif. Soyons solidaires et généreux! Nous gardons l’espoir de nous approcher davantage de l’objectif », souligne Daniel Laplante, directeur général de Centraide Richelieu-Yamaska. Pour Centraide, pas question de rester les bras croisés face à ce résultat à la baisse. « L’équipe se met sur le téléphone dès aujourd’hui pour tenter de récupérer des dons d’entreprises qui ont l’habitude de donner, mais qui ne l’ont pas encore fait cette année », renchérit M. Laplante.

image