19 septembre 2019
Saint-Hyacinthe
L’église Sainte-Monique passe à l’histoire
Par: Benoit Lapierre

L’abbé Jacques Bousquet dira sa dernière messe à l’église Sainte-Monique le 17 novembre. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une autre page de l’histoire religieuse de Saint-Hyacinthe sera bientôt tournée avec la fermeture de l’église Sainte-Monique, une toute petite chapelle qui borde le boulevard Laurier Ouest et où l’abbé Jacques Bousquet accueille toujours une cinquantaine de fidèles pour la messe du dimanche matin.

Publicité
Activer le son

« Le 17 novembre, le jour de la fermeture, ça fera 45 ans que je dis la messe ici. J’y ai célébré ma première messe le dimanche 17 novembre 1974 », a souligné hier, mercredi, l’abbé Bousquet en accueillant les représentants du COURRIER dans son église, un modeste bâtiment chauffé et éclairé, mais non relié aux réseaux d’aqueduc et d’égout. « Il faut prendre ses précautions. Mais les gens qui viennent à la messe ici le savent [qu’il n’y a pas de toilettes] », sourit-il.

L’abbé Bousquet se doutait bien qu’il serait le dernier prêtre à s’occuper de l’église Sainte-Monique. « J’ai maintenant 85 ans et, il y a deux ans, j’ai fait un ACV qui a laissé des traces. Je voyais venir le jour où je devrais prendre ma retraite, et ça fait un petit bout que je m’y prépare mentalement. »

C’est donc son départ qui va entraîner la fermeture de l’église, l’Évêché de Saint-Hyacinthe ayant pris la décision de mettre en vente cette propriété de 3464 m2. Elle est offerte sur le marché au prix de 630 000 $.

Jacques Bousquet souligne qu’à son arrivée à Sainte-Monique, il avait remplacé l’abbé Yvan Montpetit, qui lui-même avait succédé à Gilles Dumoulin en 1972. Il raconte que c’est l’abbé Dumoulin qui a aménagé l’église actuelle en 1963 en transformant un bâtiment existant, acquis par le diocèse pour la desserte Sainte-Monique. Cette desserte avait été créée dans la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin au début des années 1950 pour accommoder les paroissiens de ce secteur éloigné de l’église. « Avant l’église, les messes du dimanche étaient célébrées dans la salle de l’école de rang, à quatre maisons d’ici », a poursuivi l’abbé, en pointant l’édifice en question.

À ses débuts à Sainte-Monique, il célébrait quatre messes la fin de semaine, une le samedi soir et trois le dimanche matin. Il y a aussi béni quelques mariages, mais comme il n’y avait pas de registres paroissiaux à Sainte-Monique, les nouveaux époux devaient se rendre à Saint-Thomas-d’Aquin pour la signature des actes nuptiaux. La chapelle a aussi possédé un piano, dont jouaient les jeunes musiciens qui animaient la messe dans les 1980. En 1981, la foudre a lourdement endommagé le clocher de Sainte-Monique, qui a pu conserver sa cloche, mais sans qu’elle puisse être actionnée par la suite, se remémore encore Jacques Bousquet.

Les habitués de la messe à Sainte-Monique savent depuis janvier que la fin des beaux jours approche. « Ils sont déçus, mais d’un autre côté, ils savaient bien que ça allait arriver tôt ou tard », soupire celui qui a fait office de curé à Sainte-Monique durant 45 ans, tout en s’occupant de la pastorale sociale du diocèse (1972 à 1984) et du pénitencier de Cowansville (1985 à 1997). D’ailleurs, l’abbé Bousquet n’est pas peu fier de ce qu’il a accompli dans son église durant tout ce temps.

« À longueur d‘année, à tous les dimanches et pendant 45 ans, parler au même monde sans jamais leur répéter la même chose, ce n’est pas un défi ordinaire! », s’exclame le pasteur.

image