21 mars 2019
L’émergence de l’ultimate frisbee
Par: Maxime Prévost Durand

Depuis quelques années, l’ultimate frisbee attire de plus en plus d’adeptes à Saint-Hyacinthe, autant chez les jeunes que les moins jeunes. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Tout le monde a déjà lancé un frisbee dans sa vie, mais qui y a déjà vraiment joué? En pleine émergence, l’ultimate frisbee compte de plus en plus d’adeptes dans la province, même s’il demeure encore plutôt méconnu du grand public.

À Saint-Hyacinthe, le sport s’est grandement développé ces dernières années. En plus d’une ligue récréative qui existait déjà, des ligues de développement et de compétition ont fait leur apparition, puis une véritable organisation a vu le jour il y a un peu plus de deux ans lorsque Ultimate Saint-Hyacinthe a été créé.

« C’est un sport qui est assez simple à la base. Ça peut ressembler beaucoup au football et au basketball pour le démarquage sur le terrain », soutient le président d’Ultimate Saint-Hyacinthe, Antoine Campeau-Péloquin, rencontré récemment par LE COURRIER en marge d’une compétition junior disputée au Centre BMO.

L’ultimate frisbee se veut un sport actif et dynamique, où beaucoup de points sont marqués à chaque partie. Le format de jeu peut varier, que ce soit avec quatre, cinq ou sept joueurs par équipe sur le terrain.

« C’est un sport mixte qui est autoarbitré, donc on y retrouve beaucoup les valeurs de respect de l’adversaire et des règlements. Il n’y a pas de contact ni de blocage. L’accent est surtout mis sur le jeu plutôt que sur la façon de le contrer. C’est un sport qui s’adresse vraiment à n’importe qui. On peut jouer jeune, mais aussi en étant plus âgé. On a des ligues juniors, pour adultes, puis d’autres où les jeunes et les adultes jouent ensemble », poursuit le président de l’association maskoutaine.

Disputé autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, l’ultimate frisbee se joue sur les mêmes surfaces que le soccer. Ultimate Saint-Hyacinthe partage ainsi ses activités entre le Centre BMO l’hiver et le terrain de soccer à 11 de La Présentation l’été.

Développer le sport

Lui-même un joueur d’ultimate frisbee, Antoine Campeau-Péloquin a pris les choses en main pour développer le sport en sol maskoutain lorsqu’il est arrivé dans la région il y a quelques années. Si bien que le nombre de membres oscille maintenant entre 80 et 130 joueurs, selon la saison.

« J’aime vraiment l’ultimate frisbee, c’est le sport d’équipe que je joue à longueur d’année, raconte-t-il. J’ai commencé à jouer à Montréal en 2000 et j’ai fait de la compétition. Quand je suis déménagé ici, je voulais continuer à jouer et je savais qu’il y avait déjà une ligue le lundi soir au Centre BMO. Ça marchait, mais je voyais que le nombre d’inscriptions oscillait entre 15 et 20 inscriptions et il n’y avait pas une volonté d’amener les joueurs au niveau supérieur, ce qui faisait en sorte qu’ils se développaient et partaient ailleurs ensuite. On a donc démarré une ligue de développement le mercredi et de plus en plus de gens ont commencé à venir. Ça a grossi tranquillement et, au fil du temps, on a formé l’OBNL avec un conseil d’administration. On organise même deux tournois par année, un l’hiver et l’autre l’été. »

À la fois président d’Ultimate Saint-Hyacinthe et entraîneur du club junior, Antoine Campeau-Péloquin n’hésite pas à porter plusieurs chapeaux et à consacrer de nombreuses heures pour aider au développement du sport dans la région. « Ça n’existait pas au départ cette association, donc si je voulais qu’il y ait de l’ultimate frisbee ici, il fallait mettre la main à la pâte, lance-t-il. Mon objectif à court et moyen terme, c’est d’avoir un bassin de jeunes joueurs qui trouvent ça le fun et que ceux de 16-17 ans aient envie de coacher à leur tour. »

Toujours à la recherche de nouveaux membres, Ultimate Saint-Hyacinthe garde ses portes ouvertes à chacune de ses activités pour les personnes curieuses qui aimeraient essayer le sport avant de s’inscrire. Par ailleurs, les inscriptions sont déjà en cours pour les ligues d’été via le site www.ultimatesthyacinthe.com.

image