22 août 2013
Coupe Le Blanc
Les Américains pour un 5 e triomphe
Par: Maxime Prévost Durand

Les Américains sont tout simplement trop forts. Pour une cinquième fois en sept éditions de la Coupe Le Blanc, les États-Unis ont été couronnés champions de ce tournoi international de tennis dédié aux athlètes de 12 ans et moins.

L’exploit est d’autant plus remarquable que ces Américains, Adam Neff, Brandon Nakashima, Amanda Anismova et Sophia Edwards, n’ont perdu aucune partie durant tout le tournoi sur les 34 disputées au courant de la semaine.

Les Canadiens Daniel Fainblum, Simon Sauvé, Viktoriya Tabunshchyk et Oleksandra Gorchanyuk leur ont donné du fil à retordre en grande finale, par un dimanche avec des conditions météorologiques idéales, mais n’ont jamais vraiment été en mesure de prendre le contrôle de leur partie et ont dû se contenter du deuxième rang. Les Américains ont imposé leur style de jeu, avec des frappes en puissance et des balles très à plat afin de remporter la Coupe Le Blanc.L’Afrique du Sud a étonné du côté féminin à sa toute première participation au tournoi, se classant au 3 e rang. En finale pour le bronze, cette délégation a battu les Québécoises Laura Vasilescu et Élisabeth Desmarais, qui ont pris le quatrième rang.Chez les garçons, le Brésil a complété le podium derrière le Canada et les États-Unis. Ils ont eux aussi remporté leurs duels face au Québec afin de gagner le bronze. Sébastien Collard et Taha Baadi ont représenté cette équipe du Québec.

Plus qu’une compétition

Les sourires de satisfaction et d’accomplissement qu’avaient les jeunes athlètes lors de la cérémonie de clôture ont rappelé l’importance du dépassement de soi et du plaisir apporté par ce sport et ce tournoi.

« La Coupe Le Blanc, c’est beaucoup plus que de gagner une médaille. Oui, ils sont ici pour la compétition, mais ils restent des enfants et on souhaite qu’ils aient du plaisir avant tout », souligne Sébastien Le Blanc, coprésident de la Coupe.« Pour plusieurs, il s’agit de leur toute première compétition internationale. Les Sud-Africains n’avaient jamais joué sur la terre battue avant d’arriver ici, ajoute Philippe Le Blanc, coprésident. Les enfants font de belles rencontres et développent de belles amitiés durant le tournoi. »

image