13 août 2015
« Les animaux sont entraînés pour ça »
Par: Maxime Prévost Durand

Du côté de l’Association des cowboys de l’Est du Canada, qui sanctionne différentes compétitions de rodéo tenues au Québec, dont celle de Saint-Hyacinthe, on assure que les animaux ne sont pas maltraités et que la discipline ne relève pas de la cruauté animale.

Publicité
Activer le son

« Les animaux sont entraînés pour ça », indique le président de l’Association, Gino Perron, lorsque rejoint par LE COURRIER, avant d’ajouter qu’un vétérinaire est attitré à chacune de leurs compétitions, prêts à intervenir en cas de blessure, « des cas isolés », selon lui.

Les activistes qui ont perturbé l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe considèrent notamment que les animaux sont soumis à du stress et d’intenses souffrances. « Peu importe le sport qui est pratiqué, il y a du stress », fait remarquer M. Perron.

« Aucun animal n’a de bobos ou de plaies. Si c’était si rough que ça, il y aurait des signes visibles, ce qui n’est pas le cas », poursuit-il.

Les perturbations à l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe ont surpris tout le monde, même si une forme de contestation prenait forme depuis quelque temps déjà. « Ça fait longtemps qu’on en entend parler, mais jamais ce n’était allé aussi loin que ça », soutient le président de l’Association des cowboys de l’Est du Canada, qui déplore les actions posées par le groupe d’activistes. « C’est vraiment stupide de monter en haut d’un poteau de 40 pieds de haut pour faire ça. Ça aurait pu mettre la vie des gens en danger [s’il était tombé]. »

Selon M. Perron, la réaction de la foule a parlé d’elle-même. « Si on maltraitait les animaux, les gens auraient hué le spectacle, mais c’est plutôt ces gens-là qu’ils ont hués et ça a viré en chicane parce qu’ils dérangeaient. »

Depuis le rodéo de l’Expo de Saint-Hyacinthe, une pétition mise en ligne pour bannir l’activité a été signée par plus de 1 119 personnes.

image