25 avril 2013
Mois de la santé buccodentaire
Les besoins avant les gros moyens
Par: Le Courrier
En initiant l'équipe dentaire mobile, le D r Jacques Véronneau voulait apporter une portée sociale à sa vocation.

En initiant l'équipe dentaire mobile, le D r Jacques Véronneau voulait apporter une portée sociale à sa vocation.

Rares sont les dentistes qui se présentent à domicile pour offrir leurs services. Encore plus ceux qui se consacrent à la clientèle âgée et à la prévention de la carie chez les enfants. Le D r Jacques Véronneau fait exception à la règle.

Assistant professeur à la faculté de médecine dentaire de l’Université McGill, le D r Jacques Véronneau est dentiste généraliste. C’est sa formation en dentisterie communautaire qui l’a conduit à ce poste. En classe, il inculque aux étudiants à être plus que des hommes d’affaires en les sensibilisant à adopter une portée sociale. Récemment touché par les coupures budgétaires faites à l’Université, le Maskoutain a mis ses propos en pratique et a lancé une équipe dentaire mobile, spécialisée en dentisterie gériatrique à domicile et en CHSLD.

Un projet pilote d’un mois et demi a d’abord été effectué dans un CHSLD de Sorel-Tracy pour vérifier, d’une part, si le service était concrètement réalisable et, d’autre part, si la demande était suffisante. En plus d’avoir recueilli des commentaires positifs, cette expérience a confirmé ce qu’il craignait. « Ce sont des gens qui présentent des besoins plus élevés que la population normale. La prise de nombreux médicaments, par exemple, peut créer un assèchement de la bouche et donc augmente le risque carie. Ces gens ne sont plus couverts par le gouvernement. Ils deviennent par conséquent plus vulnérables et ce n’est pas rare que les problèmes dentaires deviennent plus accentués », explique le D r Jacques Véronneau.Conscient qu’il s’agit d’une clientèle avec des restrictions budgétaires, le D r Véronneau aide ses clients à prendre des décisions judicieuses pour leur santé et leurs besoins. « Notre rôle est d’aider les gens à prendre une décision éclairée et non vendre un traitement. Il y a possibilité d’arriver à faire des soins de base et de maintien en tenant compte des besoins de chacun », précise-t-il.

Améliorer la prévention

S’il y a une chose que le D r Véronneau a appris avec le temps, c’est qu’il n’est jamais trop tôt pour faire de la prévention. C’est pourquoi il commence également à faire de la prévention en milieu scolaire pour favoriser la santé buccodentaire des futurs patients.

« Un des défis que les dentistes ont est d’orienter les gens vers une conception moderne de la carie qui est en fait une maladie infectieuse. Très tôt, dès l’âge de 3 mois, il faut s’occuper de la santé dentaire d’un enfant. La première intervention est très importante parce qu’elle instaure le commencement d’un cycle », dit-il. Le D r Jacques Véronneau développe ses services principalement à Saint-Hyacinthe, mais reste ouvert à élargir sa clientèle en Montérégie. Pour l’instant, une denturologiste l’accompagne si nécessaire. Il prévoit toutefois constituer une équipe dans l’avenir et faire appel, entre autres, aux services d’une hygiéniste dentaire.Pour plus d’information, on peut contacter le D r Jacques Véronneau par téléphone au 450 779-0867.

image