19 septembre 2013
Charte des valeurs québécoises
Les candidats à la mairie divisés sur son application
Par: Le Courrier

Il est difficile pour le moment de savoir si la Charte des valeurs québécoises sera appliquée à Saint-Hyacinthe. Sur les trois candidats en lice pour succéder au maire Claude Bernier, un seul l’a rejetée, les deux autres préférant attendre l’évolution du dossier avant de se prononcer formellement.

Gaston Vachon est le seul candidat à s’être engagé à appliquer le droit de retrait – recours duquel peuvent se prévaloir les municipalités pour une période de cinq ans renouvelable – si aucun changement n’est apporté à l’actuelle Charte des valeurs québécoises.

« C’est certain que je devrai en discuter avec les conseillers d’abord, mais pour l’instant ce projet est très mal parti. On y retrouve beaucoup trop de zones grises », croit-il, en ajoutant qu’il est très à l’aise avec le crucifix accroché sur l’un des murs de la salle du Conseil à l’Hôtel de Ville.

Il dénonce, entre autres, les lacunes concernant l’application d’un tel projet de loi ainsi que ces nombreuses exceptions. « Qui va se mouiller pour faire respecter ces dispositions? Le maire devra faire la tournée des employés municipaux chaque matin pour s’assurer qu’ils n’ont pas de signes religieux distinctifs? Ça n’a pas de bon sens », déplore M. Vachon. Ayant longtemps encouragé les échanges culturels lors de son passage à la vie étudiante de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, Gaston Vachon se dit inquiet du signal contradictoire que l’adoption de la Charte pourrait envoyer. « Nous avons besoin de la main-d’oeuvre qualifiée que sont les immigrants à Saint-Hyacinthe. C’est déjà difficile de les attirer en région, alors pourquoi se mettre un carcan supplémentaire? Le risque d’exode me fait un peu peur » avoue-t-il, conscient que les provinces voisines ont déjà mis en place une stratégie publicitaire afin d’attirer les immigrants qui se sentiraient lésés. « Nous ne sommes pas plus mal servis parce qu’une femme est voilée. La qualité du service de l’État ne dépend pas de notre religion, même que certains employés catholiques ou laïques n’offrent pas toujours un bon service à la clientèle », avance le candidat. M. Vachon ajoute qu’il est cependant en accord avec certaines propositions de la Charte telles que l’égalité entre les hommes et les femmes, la neutralité religieuse de l’État et l’application de balises concernant les accommodements raisonnables.

« Faite pour Montréal »

De son côté, Pierre Rhéaume maintient que la Charte des valeurs québécoises ne s’applique pas à la région de Saint-Hyacinthe.

« On ne ressent pas de tensions entre les nationalités ici. Ce genre de problèmes, pour le moment du moins, n’existe pas dans notre région. Cette charte a été faite pour Montréal, pas pour nous », indique celui qui côtoie une population multiethnique par le biais d’activités sportives. « La religion, c’est quelque chose de privé, poursuit le candidat. Tu peux la faire chez toi, sans que cela influence les autres. » Pour cette raison, M. Rhéaume croit que si le Québec souhaite devenir un État laïque, « qu’il le soit jusqu’au bout, surtout que la laïcité reste le propre de notre société ».Concernant le droit de retrait, l’une des exceptions inscrites à la charte, Pierre Rhéaume appelle à la discussion. « C’est un dossier très émotif dans lequel il est préférable de dialoguer d’abord. Même si le maire a un droit de veto sur les décisions du conseil, je ne l’appliquerais pas dans ce débat. La tolérance et le respect sont mes principales valeurs alors je n’imposerai pas de décision aux conseillers », a-t-il expliqué, en ajoutant que selon les dernières mises au point, le droit de retrait pourrait éventuellement être retiré de la charte.

Aucun commentaire

Pour sa part, Claude Corbeil a refusé de prendre position sur le délicat sujet. « J’en suis à préparer une campagne électorale pour le moment » fut son seul commentaire.

Il a réagi avec le même mutisme lorsque LE COURRIER lui a rappelé l’importance de l’immigration à Saint-Hyacinthe, et par le fait même celui de cet enjeu.

image