10 décembre 2020
À compter du 14 décembre
Les cas de COVID-19 seront gardés à Honoré-Mercier
Par: Maxime Prévost Durand

Habituellement transférés vers les hôpitaux Pierre-Boucher ou Charles-Lemoyne, les cas de COVID-19 nécessitant une hospitalisation seront dorénavant gardés à l’Hôpital Honoré-Mercier à compter du 14 décembre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Resté « froid » depuis le début de la pandémie, l’Hôpital Honoré-Mercier s’apprête à ouvrir une unité « chaude ». À compter du 14 décembre, les cas de COVID-19 seront dorénavant gardés au centre hospitalier maskoutain plutôt que d’être redirigés vers les hôpitaux Pierre-Boucher (Longueuil) et Charles-Lemoyne (Greenfield Park) comme c’était le cas depuis le début de la pandémie, a appris LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

L’information a été confirmée par le conseiller aux relations médias du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, Hugo Bourgoin.

Cette décision a été prise en « considérant que le nombre de cas de COVID-19 est en hausse et que la pression sur le réseau de la santé s’accentue partout au Québec », a-t-il fait savoir.

« Cette unité chaude, mise en place sur une unité d’hospitalisation, servira à répondre aux besoins de la population si les hospitalisations en lien avec la COVID-19 venaient à augmenter dans le secteur de Richelieu-Yamaska [comprenant les villes de Saint-Hyacinthe, Beloeil et Acton Vale, notamment] », a poursuivi M. Bourgoin.

Ces mesures provoqueront la fermeture temporaire de deux salles du bloc opératoire afin de mobiliser des ressources qui seront dédiées à la nouvelle unité chaude, selon nos informations.

Au fait de ce changement d’approche, la députée provinciale de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a souligné que les transferts demandaient tout un effort logistique pour le personnel, particulièrement avec la montée des cas nécessitant une hospitalisation dans la région.

« Chaque fois qu’ils sont obligés de transférer un patient d’Honoré-Mercier vers un autre centre hospitalier, ça demande à un membre du personnel de l’accompagner, a-t-elle expliqué. Même pour la paperasse, lorsqu’un patient est hospitalisé et qu’on découvre qu’il est positif [à la COVID-19], il y a tout un processus et une procédure pour pouvoir le transférer vers un centre hospitalier à Longueuil. Ça demandait énormément de temps et de logistique à notre personnel de l’urgence, ce qui fait qu’à un moment, l’efficacité n’était plus là. Et on ne se cachera pas qu’en envoyant tous nos cas à Longueuil, eux aussi, ils sont surchargés. C’est aussi pour cette raison qu’ils ont décidé qu’ils allaient les garder à Honoré-Mercier. »

De nouveaux sommets dans la région

Ces nouvelles mesures mises en place à l’Hôpital Honoré-Mercier surviennent alors que la MRC des Maskoutains atteint de nouveaux sommets de contamination. Entre le 2 et le 8 décembre, 185 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés dans la région. Il s’agit de la plus importante propagation pour une seule semaine depuis le début de la pandémie. Ces données ont fait grimper à 299 le nombre de cas actifs dans la MRC, indique la santé publique.

Pendant que la situation s’est empirée dans nos CHSLD (voir autre texte), le nombre de cas dans les écoles du Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe a pour sa part été à la baisse pour une deuxième semaine consécutive. Pour l’ensemble du réseau, une soixantaine de cas sont maintenant répertoriés dans 18 établissements différents, de niveau primaire, secondaire et professionnel. Pas moins de 643 personnes sont néanmoins en isolement préventif, selon les directives de la santé publique. De ces nombres, une douzaine de cas et plus de 200 personnes isolées sont associées directement à la polyvalente Hyacinthe-Delorme, l’école la plus populeuse de la région. Tous les autres établissements affectés comptent cinq cas ou moins, sauf l’école au Coeur-des-Monts de Saint-Pie, où l’on recense toujours six cas.

image