17 mars 2020
Les célébrations religieuses suspendues
Par: Le Courrier

Compte tenu de l’importance du danger, de l’urgence de la situation et de la solidarité nécessaire en pareil cas, l’exécutif de l’Assemblée des évêques du Québec encourage l’annulation de toutes les célébrations et de toutes les activités publiques dans les églises du Québec.

Publicité
Activer le son

Les pasteurs sont invités à communiquer avec les familles qui avaient prévu une célébration de baptême, de funérailles ou de mariage pour leur demander de reporter l’événement.

L’organisation demande également à tous les prêtres exerçant leur ministère au Québec de demeurer disponibles et de faire preuve d’imagination pastorale pour accueillir leurs paroissiens lorsque ceux-ci communiquent avec eux par téléphone, leur demandent un rendez-vous privé ou une visite à domicile.

Les prêtres et les responsables de la pastorale sont invités à rester attentifs aux personnes qui sont seules ou malades et à leur offrir tout le réconfort dont elles ont besoin, y compris la communion à domicile et le sacrement des malades. Ils doivent toutefois dans ces rencontres observer les pratiques recommandées par les responsables de la santé publique.

Là où ce sera possible, il est souhaitable que les églises demeurent ouvertes pour la prière et le recueillement strictement personnels. Les fidèles sont invités à comprendre que les prêtres plus âgés ne seront pas disponibles pour le service pastoral pendant cette période de confinement.

Le président de l’Assemblée des évêques du Québec, Mgr Christian Rodembourg – également évêque de Saint-Hyacinthe –, souligne qu’« en annulant tous les rassemblements dominicaux, même modestes en nombre, nous prenons soin les uns les autres et nous protégeons nos frères et sœurs les plus fragiles. D’une certaine manière, en nous privant des célébrations de l’Eucharistie, nous vivons quand même l’Eucharistie : nous perdons quelque chose de précieux, certes, mais par amour, par souci du plus petit et plus faible parmi nous ».

image