30 janvier 2014
Train de banlieue
Les citoyens de la MRC seraient sondés par l’AMT
Par: Jean-Luc Lorry

L’étude de faisabilité et d’achalandage menée prochainement par l’Agence métropolitaine de transport (AMT) devrait inclure un sondage qui sera réalisé auprès des citoyens de la MRC Les Maskoutains dans le dossier du train de banlieue.

Publicité
Activer le son

En début de semaine et malgré des conditions routières chaotiques, le directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains accompagné du maire de Saint-Hyacinthe sont allés rencontrer les représentants de l’AMT.

« La présence du maire Claude Corbeil autour de la table démontre l’intérêt de la Ville pour le train de banlieue. Nous sommes au stade de regarder les différents paramètres qui encadreront ces études », indique Serge Gélinas, directeur général de Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains.En juin, l’AMT avait annoncé la réalisation de deux études financées par le ministère des Transports du Québec (MTQ) représentant un coût total de 125 000 $.Les résultats de ces deux études seront connus l’automne prochain et serviront à mettre le projet sur les rails. Les coûts d’infrastructures seront assumés dans une proportion de 75 % par le MTQ et 25 % par l’AMT.Le directeur général de la Chambre croit dur comme fer à la nécessité de doter la région d’un train de banlieue. « Le transport collectif est une marque de commerce. C’est un outil de plus dans le développement économique de la Ville, autant au niveau résidentiel que commercial », estime M. Gélinas.Depuis 2003, la Chambre de commerce pilote ce dossier jugé important par son ancien président Claude Corbeil qui est devenu maire de la Ville aux dernières élections municipales.Ces rencontres entre l’AMT et la Chambre de commerce devraient se tenir chaque mois afin de suivre de près l’évolution de ce dossier hautement stratégique pour l’avenir de la municipalité.

image