19 décembre 2013
Compressions de Postes Canada
Les clients laissés-pour-compte
Par: Le Courrier
La visite quotidienne du facteur sera chose du passé d'ici cinq ans, a annoncé Postes Canada par le biais de son plan de réforme financière.

La visite quotidienne du facteur sera chose du passé d'ici cinq ans, a annoncé Postes Canada par le biais de son plan de réforme financière.

Les compressions annoncées par Postes Canada ne feront qu’un seul gagnant et ce ne sera pas la clientèle, dénonce le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) de Saint-Hyacinthe.

publicité

Annoncé la semaine dernière, le plan de réforme financière de la société d’État prévoit l’élimination de la livraison du courrier à domicile en milieu urbain d’ici cinq ans, l’ajout de bureaux de poste concessionnaires et la coupure par attrition de 6 000 à 8 000 postes à l’échelle nationale.

Le prix du timbre augmentera de façon substantielle, l’unité passant de 0,63 $ à 1 $. Les timbres vendus en carnet coûteront 0,85 $ chacun. « Personne à Saint-Hyacinthe n’était au courant de ce plan. Nos dirigeants locaux l’ont su à la dernière minute. Ça prouve que les employés ne représentent pas grand-chose. J’espère qu’ils [haute direction de Postes Canada] réviseront le plan, parce que pour l’instant ils ne tiennent pas compte de leurs clients », déplore la présidente du STTP de Saint-Hyacinthe, Josée Benoît. Seuls les ménages résidant dans la ville de Saint-Hyacinthe cesseront de recevoir le courrier à domicile pour ensuite être regroupés dans des boîtes postales communautaires. Les villages avoisinants, y compris Saint-Thomas-d’Aquin et Sainte-Rosalie, continueront d’être desservis comme auparavant. « La livraison locale devrait continuer à se faire. C’est un contact humain. Pour les personnes âgées, le facteur est perçu comme une présence quotidienne. Ça n’a pas d’allure de leur enlever cela », s’insurge Mme Benoît. La FADOQ Richelieu-Yamaska s’est aussi montrée très inquiète quant aux conséquences que pourrait avoir l’arrêt de la livraison à domicile pour les aînés et les personnes à mobilité réduite. « Qu’arrivera-t-il aux aînés qui ne seront pas en mesure de se déplacer jusqu’à une boîte postale? Est-ce la fin d’un service postal adéquat pour tous? » s’est questionné le président de la FADOQ Richelieu-Yamaska, par voie de communiqué.D’après Josée Benoît, Postes Canada a indiqué qu’il n’y aurait pas de pertes d’emplois à Saint-Hyacinthe. Les quatre ou cinq emplois qui ne seront pas renouvelés coïncideront avec les départs à la retraite des facteurs urbains. Pour le moment, 26 facteurs urbains sillonnent la ville chaque jour, en plus de six facteurs « relèves » employés pour les remplacements. Même si les régions ont été épargnées par la réforme, la présidente du syndicat demeure sceptique quant aux autres annonces à venir. « Ce sont les facteurs urbains qui sont touchés, mais nous nous attendons à ce qu’il y ait des coupes dans les bureaux ruraux. »La région maskoutaine ne devrait toutefois pas subir de changement avant la fin de l’année 2014, tout comme l’ensemble du Québec.

Coup bas des conservateurs

La députée néodémocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, est déconcertée devant le virage entrepris par Postes Canada, mais surtout, elle fulmine quant au moment choisi pour en faire l’annonce.

« Les conservateurs ont attendu au lendemain de l’ajournement des travaux de la Chambre pour procéder à l’annonce de ce plan. Le gouvernement Harper espère peut-être que la population oublie durant la période des fêtes, mais nous, nous n’oublierons pas », assure-t-elle. Mme Morin souligne aussi que même si les employés de Postes Canada ne seront pas mis à la porte, « Saint-Hyacinthe perdra des emplois de qualité que nous aurions aimé garder chez nous ». « Il faut garder en tête que les gens ont besoin de leur courrier. Il y a des quartiers où la population est plus vieillissante, j’espère que ce sera pris en compte lorsque viendra le temps de réfléchir à la disposition des boîtes postales communautaires », affirme la députée.

Emplacement des boîtes

Il est impossible, pour le moment, de savoir à quel endroit seront regroupées les futures boîtes aux lettres des citoyens.

« Il n’y a pas d’entente entre Postes Canada et la Ville de Saint-Hyacinthe concernant l’emplacement des boîtes aux lettres. L’endroit sera déterminé à la suite de négociations entre Postes Canada et la Ville et les boîtes postales communautaires devraient être situées sur l’emprise de la Ville », explique Caroline Nadeau, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe. Chaque situation sera évaluée « cas par cas » et il semblerait qu’il n’y ait pas d’indication concernant la distance à respecter entre les résidences et la boîte postale communautaire pour l’installation de ces dernières. D’après le directeur du service de l’Urbanisme, les négociations avec Postes Canada n’ont pas encore débutées.

image