25 septembre 2014
Centre multisports C.-A.-Gauvin
Les clubs composent avec les retards
Par: Maxime Prévost Durand
Le Club de judo de Saint-Hyacinthe a été le premier à pouvoir emménager dans le centre multisports C.-A.-Gauvin. Photo Martin Grenier

Le Club de judo de Saint-Hyacinthe a été le premier à pouvoir emménager dans le centre multisports C.-A.-Gauvin. Photo Martin Grenier

Fini le temps où Gymnaska-Voltigeurs devait ranger son matériel après ses séances d’entraînement.  Photo Martin Grenier

Fini le temps où Gymnaska-Voltigeurs devait ranger son matériel après ses séances d’entraînement. Photo Martin Grenier

La fameuse fosse de réception de Gymnaska-Voltigeurs. Photo Martin Grenier

La fameuse fosse de réception de Gymnaska-Voltigeurs. Photo Martin Grenier

Il y a déjà un mois que les travaux de réaménagement du Stade C.-A.-Gauvin en centre mul

publicité

Ces retards, nous dit-on du côté de la Ville, sont attribuables aux modifications mineures au plan initial du bâtiment. Malgré le prolongement des travaux, « on ne prévoit pas de dépassement des coûts », indique Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe. Rappelons que ce projet est estimé à 4,3 M$.

Les travaux ont débuté l’automne dernier, pendant que les activités du Stade C.-A.-Gauvin se poursuivaient normalement. À la fin de la saison de hockey, l’intérieur a été complètement réaménagé pour y accueillir les quatre clubs sportifs.

L’espace réservé pour le judo a été terminé le premier, permettant au club maskoutain d’y emménager et de commencer ses activités dans la semaine du 8 septembre. À peu près en même temps, le club de gymnastique Gymnaska-Voltigeurs prenait place dans ses nouveaux locaux. Pour ces deux organismes, le début des activités a dû être retardé d’une semaine.

La semaine dernière, c’était au tour du Club de boxe de Saint-Hyacinthe de s’y installer, pendant que le club d’haltérophilie La Machine Rouge attend son tour, poursuivant tout de même ses activités au Centre culturel.

En quête de stabilité

Pour tous les clubs qui prennent place au centre multisports C.-A.-Gauvin, l’aménagement de ces nouveaux locaux représente la stabilité qu’ils recherchent depuis longtemps.

Locaux trop petits ou désuets, déménagements fréquents, l’une ou l’autre de ces expressions revenait fréquemment dans le vocabulaire des gens de la boxe, de la gymnastique, de l’haltérophilie et du judo.

Le Club de judo, par exemple, pratiquait ses activités dans le sous-sol du Centre culturel depuis 1975. Maintenant, plutôt que d’être à part de tous, les judokas sont les premiers que l’on voit lorsque l’on pénètre dans le nouveau centre multisports, grâce aux grandes baies vitrées qui donnent sur leur local. Et ils peuvent enfin profiter d’une surface règlementaire, selon les normes de Judo Québec, ce qu’ils n’avaient pas au Centre culturel.

« Je rêvais de ce jour depuis longtemps. Quand je suis entré pour la première fois [dans le local du centre multisports C.A.-Gauvin], j’ai senti mon coeur grossir. C’est un sentiment que j’ai ressenti seulement quelques fois dans ma vie », soutient Louis Graveline.

Pour le Club de judo, le déménagement semble déjà bénéfique puisqu’il compte plus d’une vingtaine d’inscriptions supplémentaires par rapport à la moyenne des dernières années. « Et le téléphone ne dérougit pas », ajoute M. Graveline.

Le club de gymnastique est sûrement celui qui trouvera la plus grande stabilité dans ce déménagement. Pendant un certain temps, les gymnastes ont partagé la pratique de leurs activités entre la Polyvalente Hyacinthe-Delorme et l’École secondaire Saint-Joseph, avant que Gymnaska-Voltigeurs ne devienne locataire du Pavillon des Pionniers pendant cinq ans.

Il y a deux ans, le club s’installait dans le gymnase du Collège Antoine-Girouard. Chaque fois, les athlètes devaient ranger le matériel (et il y en a beaucoup) pour que d’autres activités puissent être tenues dans ces locaux pendant qu’ils ne les utilisaient pas.

Maintenant, ils auront l’usage exclusif de leur local. « Depuis six ans, on déménageait toujours. En déménageant constamment, ça abîme le matériel plus vite. C’est le fun de savoir qu’on est enfin fixé », lance Nancy Houle, directrice générale de Gymnaska-Voltigeurs.

De plus, le club pourra bénéficier de la fameuse fosse de réception (un trou profond de six pieds, rempli de cubes de mousse) qu’il espérait tant, une fosse qui permettra aux gymnastes d’essayer des mouvements, toujours plus difficiles, de façon beaucoup plus sécuritaire qu’auparavant.

Le Club de boxe de Saint-Hyacinthe logeait quant à lui depuis des années à l’ancienne usine de filtration de Saint-Hyacinthe, près de la porte des Maires, un local que la Ville qualifiait elle-même de « désuet » dans son état actuel.

Et que dire du minuscule local de La Machine Rouge au Centre culturel. Les haltérophiles aussi ont d’ailleurs été appelés à déménager à quelques reprises dans leur histoire. Mais d’ici une semaine, ils pourront compter sur des plateaux dignes des compétitions où il ne sera plus dangereux d’échapper un poids sur le pied d’un partenaire d’entraînement.

L’inauguration du centre multisports C.-A.-Gauvin devrait se faire au début novembre.

image