29 novembre 2012
Les Cuisinières : envies et fourberies au menu
Par: Le Courrier

Avec l’hiver qui frappe à nos portes, les finissants de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe ont opté pour une pièce qui nous réchauffera le coeur avant les fêtes. Dans une traduction, adaptation et mise en scène de Frédéric Bélanger, ils présenteront la comédie vénitienne Les Cuisinières de Carlo Goldoni.

publicité

C’est en Italie, en plein coeur du Carnaval de Venise, que nous transporte la cuvée des finissants 2012-2013 dans le cadre de leur première production théâtrale. Selon le metteur en scène Frédéric Bélanger, il s’agit probablement de la première fois que cette pièce est montée au Québec. Reconnu pour être le dramaturge réformateur de la comédie italienne du 18e siècle, Carlo Goldoni n’était rien de moins que le premier choix des étudiants.

« Avec Goldoni, les étudiants s’assuraient, d’abord, de faire une pièce de répertoire classique, avec des costumes d’époque, ce qui n’est pas évident. Mais aussi d’avoir la chance d’interpréter de beaux rôles parce que les personnages ont tous quelque chose d’éclaté. Goldoni grossit les traits de ses personnages pour faire sortir le caractère comique de la pièce. Et c’est ce qui est beau avec cet auteur! Il réussit à faire rire et à rendre la comédie intéressante. Il rend à la comédie son titre de noblesse », fait part Frédéric Bélanger. Comédie musicale faite de chansons rythmées et de danses chorégraphiées Les Cuisinières représente tout un défi pour ces apprentis acteurs. Et ce, d’autant plus que certaines répliques ont été conservées en dialecte vénitien. Une idée à laquelle tenait le metteur en scène.« C’était mon choix d’adapter la pièce parce que je trouvais la version française trop franchouillarde. De plus, ce qui est le fun avec l’italien, c’est que la langue a une sonorité qui punch comme l’anglais et que l’on n’a pas avec le français », explique-t-il.Pièce d’une durée de 2 h 30 à l’origine, mais écourté de 45 minutes en raison du début tardif de la session, Les Cuisinières se situe dans une Venise glacée à la venue de l’hiver, mais où le Carnaval réchauffera les idées et le coeur de ceux qui se prêteront aux festivités, nous amenant à oublier la froideur d’une société et de son époque. Une pièce qui devrait, selon Frédéric Bélanger, rendre tous les honneurs aux interprètes tout en réchauffant le coeur des spectateurs. « C’est un show qui vaut la peine d’être vu, ne serait-ce que pour découvrir Goldoni », conclut-il.La pièce Les Cuisinières sera présentée du 30 novembre au 6 décembre à la salle Léon-Ringuet du Cégep de Saint-Hyacinthe à 20 h, sauf le dimanche 2 décembre où la représentation se tiendra à 14 h et le lundi 3 décembre alors que la troupe se réservera une journée de relâche. Les billets sont disponibles à la Coopérative étudiante du Cégep et à l’entrée de la salle les soirs de représentation. Pour plus d’information ou réservations, on peut contacter le 450 773-6800.

image