4 août 2011
Les dépenses des élus dans la mire
Par: Le Courrier
publicité

Au Québec, les municipalités de 50 000 habitants et plus doivent mettre à disposition de leurs élus un budget de recherche et secrétariat afin de les supporter dans leur travail politique, mais non partisan. Ce poste budgétaire représente 1/15 de 1% du budget annuel d’une ville.

En tout, 17 villes -incluant Montréal, Sherbrooke, Laval, Granby et Saguenay- réservent un pourcentage de leur budget de fonctionnement pour soutenir les élus.« Cela peut servir à louer des locaux ou à engager des recherchistes par exemple », a expliqué le conseiller de La Providence, Bernard Barré, qui affirme n’avoir jamais profité de ce budget. « Je cherche encore pourquoi ça existe. C’est inutile. Si je veux faire des recherches, je les fais moi-même », a-t-il mentionné.N’empêche, le rapport financier 2010 de la Ville de Saint-Hyacinthe indique des dépenses de 48 431 $ au poste budgétaire de recherche et secrétariat.Si l’idée se concrétise, la Ville devra remettre au ministère des Affaires municipales les livres de comptes comprenant les dépenses des élus qui ont été remboursées dans le cadre du budget de recherche et secrétariat.Selon le quotidien LE DEVOIR, ce sont les abus du maire de Laval et chef du parti PRO des Lavallois, Gilles Vaillancourt, qui auraient éveillé les soupçons du Ministère. Le maire a notamment obtenu le remboursement de plusieurs sorties à la cabane à sucre pour ses partisans.La Ville de Saint-Hyacinthe est demeurée avare de commentaires.

image