27 novembre 2014
Les deux Frères maristes sont libérés
Par: Maxime Prévost Durand

Arrêtés par le Service d’enquêtes régionales de la Sûreté du Québec la semaine dernière, les deux Frères maristes Réjean Trudel, 70 ans, et Daniel Cournoyer, 68 ans, ont finalement été libérés sous caution après leur comparution au Palais de justice de Saint-Hyacinthe le 20 novembre.

Publicité
Activer le son

Les deux hommes font face à des accusations d’attentat à la pudeur. Les gestes qui leur sont reprochés se seraient déroulés entre 1976 et 1983. Réjean Trudel aurait fait cinq victimes, selon les accusations qui ont été déposées, tandis que Daniel Cournoyer aurait commis ces gestes à l’endroit de deux victimes qui comptent également parmi celles du premier accusé.

Un dépôt de 1 000 $ chacun à la Cour leur a permis de reprendre leur liberté. Ils devront toutefois respecter plusieurs conditions, dont celles de ne pas communiquer avec les présumées victimes et de ne pas se trouver dans un lieu public où il est susceptible de trouver des enfants de moins de seize ans. Ils ne peuvent non plus changer d’adresse sans en demander l’autorisation à la Cour.

Le frère Trudel est représenté par Me Marc-André Gauthier et le frère Cournoyer par Me Réjean Lavoie.

Les deux accusés sont demeurés détenus entre leur arrestation et leur comparution, arrivant les menottes aux poignets au Palais de justice de Saint-Hyacinthe. Ils reviendront en Cour le 6 février pour la suite des procédures.

Réjean Trudel a été arrêté à Rawdon le 19 novembre, pendant que Daniel Cournoyer l’était à Château-Richer. Ce dernier ferait d’ailleurs toujours partie de la congrégation des Frères maristes, selon ce que rapportait Radio-Canada.

Les gestes qui leur sont reprochés auraient été commis à l’endroit de garçons âgés de 13

à 17 ans à la fin des années 70 et au début de la décennie 80 dans un établissement de la rue Pratte, à Saint-Hyacinthe, qui était alors appelé le Patro Lokal. De jeunes garçons provenant de milieux défavorisés y étaient hébergés sur une base volontaire. L’endroit servait également de lieu de divertissement et de rassemblement pour les adolescents.

Une demande de recours collectif ciblant les Frères maristes a aussi été déposée par Me Marie-Josée Corriveau en septembre et compte jusqu’à maintenant une douzaine de plaignants. Les frères Cournoyer et Trudel, ainsi qu’un autre frère qui n’a pas fait l’objet d’un mandat d’arrestation, sont visés par cette requête. Le dossier doit revenir devant la Cour le 19 décembre, après avoir été reporté à deux reprises.

image