6 octobre 2011
Le conseil ne veut plus du musée régional
Les élus peinent à expliquer leur volte-face
Par: Le Courrier

La confusion règne autour du volte-face du conseil municipal qui a pris la décision, mi-septembre, de retirer son appui financier à l’étude de faisabilité d’un musée régional à Saint-Hyacinthe. Les conseillers eux-mêmes ne s’entendent pas sur les motivations de ce recul.

« Je ne m’explique toujours pas ce qui s’est passé ce soir-là en plénier », a candidement admis la conseillère du secteur Saint-Sacrement, Brigitte Sansoucy.

Mme Sansoucy et sont homologue de Sainte-Rosalie, Donald Côté, comptent parmi les conseillers qui supportent toujours l’initiative de musée régional, évalué à 7,7 M$ par un document de travail préliminaire. Selon eux, le conseil municipal veut mettre en veille la réalisation de l’étude de faisabilité notamment en raison des inquiétudes suscitées par le financement de la Médiathèque maskoutaine. C’est que le conseil n’a toujours pas vu l’ombre de la subvention annoncée en grande pompe par le gouvernement provincial en 2009. Résultat : les élus souhaitent encaisser le chèque avant de placer une nouvelle demande au ministère de la Culture.L’accueil frileux des maires qui siègent à la table de la MRC des Maskoutains face à ce nouveau projet à caractère régional fait aussi partie des préoccupations des conseillers de Saint-Hyacinthe. Les maires, qui n’ont toujours pas digéré la saga du Centre des arts Juliette-Lassonde, ont demandé que l’étude de faisabilité du musée établisse clairement l’apport attendu des municipalités avant de donner leur appui au projet. Or, les délais de paiement du ministère de la Culture, tout comme la position des maires de la MRC, étaient bien connus des élus maskoutains dès leur premier appui au musée régional en 2010. « Les projets s’accumulent et j’ai l’impression que le conseil ne voulait pas en ajouter un de plus, tout simplement, a expliqué Mme Sansoucy. Mais pourquoi retrancher celui-là plutôt qu’un autre? Il est grand temps que le conseil effectue un travail de priorisation sérieux, pas seulement une liste d’épicerie. »Même le conseiller David Bousquet, grand défenseur du patrimoine à ses heures, s’est opposé à ce que la Ville finance l’étude de faisabilité d’un musée qui prévoit pourtant célébrer l’histoire de Saint-Hyacinthe.« Il ne serait pas raisonnable, dans le contexte actuel, de financer une étude de faisabilité qui risque fort de se retrouver sur une tablette, a-t-il commenté par voie de communiqué. Même le gouvernement du Québec a refusé de financer cette étude. Les conditions gagnantes ne sont clairement pas réunies. »À moins d’obtenir une aide substantielle du gouvernement ou d’une mobilisation exceptionnelle du milieu, David Bousquet ne souhaite pas que le conseil priorise le projet de musée régional devant, par exemple, ceux de la traverse de voies ferrées sur le boulevard Casavant, du train de banlieue ou de la transformation du couvent de la métairie en centre culturel.Si l’horizon de réalisation d’une étude de faisabilité demeure nébuleux, Brigitte Sansoucy et Donald Côté souhaitent ardemment réinscrire au prochain Plan triennal d’immobilisation les 50 000 $ nécessaires à la confection du rapport. « Il faut une vision à long terme, a noté Mme Sansoucy. Il faut travailler ensemble et décider du meilleur pour notre ville, pas juste appuyer le projet du conseiller voisin parce qu’il appuie le nôtre. »-30-

image