7 février 2013
Glissement de terrain de la carrière Maskimo
Les employés des Carrières Saint-Dominique solidaires et en confiance
Par: Maxime Prévost Durand

Le glissement de terrain survenu à la carrière Maskimo de L’Épiphanie la semaine dernière n’a laissé personne indifférent. Ce terrible accident a coûté la vie de deux employés, alors qu’un autre miraculé s’en est sorti vivant. Cet accident a ébranlé les employés des Carrières Saint-Dominique.

Publicité
Activer le son

« Nous sommes très touchés par cet accident, affirme Claude Dupuis, directeur général des Carrières Saint-Dominique. On connaît tous des gens ici qui font le même travail que les employés emportés par le glissement de terrain. C’est la première fois que j’entends parler d’un accident du genre depuis que je suis dans ce domaine. »

Bien que cet accident soit impressionnant, M. Dupuis affirme que les employés n’ont pas manifesté une grande inquiétude quant à la poursuite de leurs pratiques à Saint-Dominique. « Je n’ai pas senti qu’un doute ou que la peur se soit installé dans la tête des employés. Plusieurs travaillent ici depuis longtemps et certains sont même de la 3e ou 4e génération de travailleurs d’une même famille aux Carrières Saint-Dominique. »Des petits incidents peuvent survenir de temps à autre à Saint-Dominique, confie-t-il, mais on parle plutôt d’un cas d’exception lorsqu’on fait référence à cette tragédie. « La carrière Maskimo a bonne réputation. Je pense que c’est un cas isolé, que c’est un accident fortuit qui est survenu à L’Épiphanie. Il arrive parfois qu’il y ait des chevilles foulées ou des incidents du genre sur le terrain, mais rien de bien grave. »Toutes les mesures de sécurité qui peuvent être prises sont utilisées aux Carrières Saint-Dominique, assure-t-il. De plus, avec l’arrivée récente du chantier-école d’ENCEL dans sa cour arrière, les employés des Carrières y sont évalués régulièrement afin de s’assurer que toutes les opérations soient réalisées de la façon la plus sécuritaire possible.Sans trop vouloir spéculer, M. Dupuis convient que le sol argileux combiné au dégel peut avoir eu un rôle à jouer dans toute cette affaire. « Ici, la géologie est différente. Le sol est davantage composé de roches et de sable. » Les glissements de terrains seraient moins propices avec un tel sol.« On va laisser les enquêteurs de la CSST faire leur travail et nous resterons très certainement à l’écoute des recommandations qui seront faites. La sécurité des employés est importante pour nous, on reste toujours ouvert aux mesures que nous pouvons ajouter à celles que nous avons déjà afin d’accroître la sécurité », conclut le directeur général des Carrières Saint-Dominique.

image