7 novembre 2013
Les Fêtes approchent : à vos provisions!
Par: Hélène Dion

Il faut déguster le Vin de Constance du domaine Klein Constantia les yeux fermés, pour s’imprégner de sa douceur miellée. Véritable nectar provenant d’Afrique du Sud, il est l’un des plus prisés depuis sa création à la fin du 17 e siècle.

Publicité
Activer le son

Lorsque le gouverneur Simon Van der Stel acquiert une « terre » qu’il nomme Constantia, en 1685, il sélectionne les meilleurs sols de granit et y implante quelques variétés de cépages blancs. Aujourd’hui, c’est le Muscat à petits grains qui fait toute la race de ce grand vin liquoreux. À la mort du gouverneur, sa terre sera vendue en trois lots : Groot Constantia (grande), la Klein Constantia (petite) et Bergvliet.

Dès ses débuts, le Vin de Constance est bu par la noblesse, puis vanté dans les ouvrages de Charles Dickens et de Baudelaire. D’ailleurs, après avoir visité Klein Constantia, Charles Baudelaire puise dans le souvenir du Vin de Constance une part de la création des Fleurs du Mal. La notoriété de ce vin ne s’est jamais démentie par la suite. En 2011, l’arrivée de Hans Astrom, Suédois d’origine, aux commandes du domaine Klein Constantia, avec des associés notoires dont Hubert de Boüard du Château Angélus, promet une belle suite à cette histoire. La recherche constante de la finesse et de l’élégance ultime dans le Vin de Constance dicte leur travail, notamment en soustrayant tout ajout de soufre pour arrêter la fermentation. Contrairement aux vins liquoreux du Sauternais, le Vin de Constance de Klein Constantia n’est issu que de raisins passerillés sur pied, sans pourriture noble. Les raisins ayant une forte concentration en sucres et en acidité, sont desséchés sur le pied de vigne et perdent leur eau. Les jus qui en sont retirés sont concentrés en sucres naturels et permettent l’élaboration de vins liquoreux avec la promesse d’un bouquet complexe et unique. Quelques bouteilles, dispersées à travers les succursales du Québec, feront le bonheur de ceux qui pourront mettre la main dessus! Le millésime 2007 est présentement en vente. Un millésime de finesse, avec des notes de miel, de fruits telle que la mandarine, et le thé Oolong. En bouche, la texture, la vivacité et la longueur incomparable se terminent sur une note miellée. Offrez-vous une ou deux bouteilles, que vous ouvrirez déjà ou que vous laisserez à l’abri de la lumière et du temps durant de longues années. Le millésime 1999 que j’ai dégusté présentait des arômes de raisin de Corinthe, de miel de Sarrasin, d’orange confite et de caramel. La bouche onctueuse aurait fait honneur à un délicieux Panettone. – Vin de Constance 2007, Western Cape, Afrique du Sud, Code SAQ : 10999655, Prix : 63 $

Les bulles à boire!

La dégustation tant attendue des arrivages de mousseux et Champagnes était la semaine dernière. Malgré quelques déceptions, dont le Brut de la maison Piper-Heidsieck, moins dense et moins texturé que l’an dernier, ou encore le Veuve Clicquot Ponsardin Brut qui ne livre pas la marchandise avec une structure faible et quelconque pour le prix (71 $), j’ai fait aussi plusieurs belles redécouvertes. Je vous propose quelques-uns de mes coups de coeur en débutant avec une aubaine : l’Épaulé Jeté du Domaine Catherine et Pierre Breton!

– Épaulé Jeté, Vouvray Méthode traditionnelle, Domaine Catherine et Pierre Breton, Code SAQ : 12100279, Prix : 24,95 $ Aucune raison n’est valable pour ne pas se faire plaisir avec ce Vouvray! Caractère et style vont de pair dans ce vin issu de chenin blanc, de la région de Touraine en Loire. Son bouquet de fruits à chair blanche et de fenouil appelle à boire un vin texturé et vif. Équilibre et plaisir!

– Varnier-Fannière Grand Cru, Champagne Brut, Code SAQ : 11528089, Prix : 57 $. Nez : pâte de citron, crème pâtissière, pêche. Bouche : côté floral, longueur toute en finesse. – Henriot, Blanc de Blancs, Champagne Brut, Code SAQ : 10796946, Prix : 78,50 $. Nez : brioche, fruité, note grillée. Bouche : richesse, densité. – Henriot Champagne Brut 2003, Code SAQ : 10839627, Prix : 97 $. Nez : Mie de pain, note grillée. Bouche : magnifique, fruit et toffee tout en longueur. – Henriot, Champagne Brut rosé, Code SAQ : 10839635, Prix : 97,25 $. Nez : torréfaction et fruit. Bouche : richesse annoncée par le bouquet, bulle fine, riche et vif à la fois. – Pol Roger, Champagne Brut Réserve 2002, Code SAQ : 11856103, Prix : 95,50 $. Nez : pain grillé, citron confit, miel. Bouche : trame minérale, texture, complexité, longueur, densité. – Louis Roederer Cristal 2005, Champagne, Code SAQ : 268755, Prix : 283,25 $. Nez : fruits à chair blanche, brioche, anis, raisin blond. Bouche : richesse sans pareil de la bulle, long, vineux, corsé. En importation privée chez Francs-Vins, la cuvée Ultra D de Champagne Devaux (71,75 $). Nez : pâte de fruits, brioché, raisin doré. Bouche : texturé, assez vineux, complexe.

image