2 juillet 2020
Les fidèles retournent dans les églises
Par: Véronique Lemonde

Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Pandémie oblige, une nouvelle station de désinfection trône maintenant à l’entrée de l’église de La Providence. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Depuis le 23 juin, la plupart des églises du Québec, dont celles des paroisses Précieux-Sang (La Providence), Sainte-Eugénie (Douville) et Saint-Joseph à Saint-Hyacinthe, toutes regroupées sous le projet Église vivante, accueillent de nouveau leurs fidèles. Avec un maximum de 50 places assises, du gel désinfectant à l’entrée et des bénévoles qui les reconduisent à leurs places, les pratiquants vivent une expérience nouveau genre au sein de leur église.

Publicité
Activer le son

« Nos bénévoles ont très bien organisé le tout la semaine avant, en plaçant des collants verts aux places qui peuvent être utilisées. Nos premières messes se sont tenues la semaine, donc il y avait moins de monde et nous avons pu pratiquer tout le déroulement si on peut dire. Il y a quand même beaucoup de mesures à respecter », de dire Jacques Lamoureux, prêtre des trois paroisses.

Par exemple, pour le sacrement de l’Eucharistie, l’équipe a décidé de procéder de la manière suivante : les gens demeurent assis à leurs places et ce sont les célébrants et leurs aides qui se déplacent pour donner la communion, en silence, en laissant tomber l’hostie dans les mains des gens, sans contact. « Nous mettons un masque pour la communion puisque nous sommes beaucoup plus près des gens et nous nettoyons nos mains avant de commencer ce rituel. »

Même chose pour les bénévoles passant de banc en banc pour la quête : le masque est alors requis et les paniers sont maintenant munis de longues perches pour augmenter la distanciation physique.

« Nous avons encore des gens craintifs qui ne veulent pas se déplacer dans les lieux publics pour le moment. C’est pourquoi la messe que nous diffusons sur YouTube chaque semaine est toujours très populaire », ajoute M. Lamoureux. Depuis le début de la pandémie, la messe était filmée en privé et les fidèles pouvaient donc poursuivre leur pratique en demeurant à domicile, générant entre 700 et 1000 vues chaque fois. Dorénavant, la messe du samedi sera toujours filmée et partagée sur le réseau social dès le dimanche.

D’autres églises à venir

Pour les paroisses de Saint-Pie, Saint-Dominique, Saint-Damase, Roxton Pond et Sainte-Cécile-de-Milton, les célébrations recommenceront ce dimanche 5 juillet. Leur prêtre, Daniel Courtemanche, explique que chacune des paroisses tenait à s’assurer de bien respecter les règles de la santé publique avant de rouvrir. « Tout cela est nouveau pour nous tous et nous essayons de suivre toutes les règles », souligne le prêtre qui venait tout juste d’être réengagé après un arrêt de travail forcé par la COVID-19.

L’église de Saint-Pie, déjà ébranlée par la perte d’un de ses clochers en novembre 2019 et par les travaux de réfection et de reconstruction qui en découlent depuis, aura, dès le 5 juillet, accès à sa nef centrale, avec entrée du côté stationnement de l’église pour les fidèles. Pour la communion, les gens pourront descendre l’allée centrale et retourner par les allées latérales par la suite, l’hostie également déposée dans leurs mains sans contact. Le tout se fera également en silence pour éviter la propagation de gouttelettes.

« Nous avons déjà trois mariages de prévus dans nos paroisses et deux funérailles. Nous sommes en attente à savoir si le nombre de personnes autorisées pourra bientôt excéder 50 », indique le curé Courtemanche. Finalement, pour ce qui est des travaux en cours à l’église de Saint-Pie, la collecte de fonds prévue à cet effet devrait reprendre sous peu.

image