29 juin 2017
Entre les lignes
Les forces occultes
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Les opposants au projet Réseau Sélection ne lâchent pas le morceau. Leurs revendications et leurs objections se défendent généralement, même s’il faut parfois en prendre et en laisser. Par exemple, je suis sensible à la cause des locataires évincés et tout particulièrement à l’histoire de cette dame qui résiste à la Ville devant la Régie du logement. Je trouve assez odieux, pour ne pas dire écœurant, d’apprendre qu’elle s’est fait couper son logis subventionné par son nouveau propriétaire, à savoir la Ville de Saint-Hyacinthe. Je ne suis pas tellement fier de ma ville sur celle-là. Cette dame ne fait que faire valoir ses droits. C’est peut-être déplaisant pour la Ville, mais ce n’est pas illégal. Il appartiendra à la Régie de trancher, alors la Ville aurait dû et pu agir autrement dans les circonstances. Ce genre de situation doit être dénoncée haut et fort par ceux et celles qui exigent des comptes à la Ville. Cela aurait sans doute plus d’effet sur l’opinion publique que de réclamer de la Direction de la Santé publique une étude sur les impacts sur la santé du projet Réseau Sélection. Sérieux.

Dénoncer la création d’un îlot de chaleur causé par la coupe d’arbres et la pose d’asphalte, tout comme les atteintes à la qualité de l’air d’une circulation automobile accrue au centre-ville, apparaît un peu, disons fantaisiste, dans la mesure où le complexe sera construit sur un vaste stationnement où l’asphalte est déjà roi et les arbres (!) quasi absents. On ne saccagera pas une terre humide ou agricole.

J’aurais souhaité que ces gens manifestent les mêmes inquiétudes quand la raffinerie Veolia a fait son apparition dans le paysage. On doit d’ailleurs se questionner sur les motivations profondes de certains opposants qui semblent prendre un malin plaisir à souffler sur les braises de la contestation. 

Certaines personnes semblent préparer leur campagne en prévision des élections de novembre. En tout cas, ils croient avoir un bon filon entre les mains.

On dira que j’en fume du bon, mais j’arrive même sans trop d’efforts à y voir une tentative à peine voilée des forces péquistes maskoutaines pour investir un conseil municipal trop rouge et libéral au goût de certains. Tiens tiens…

image