11 septembre 2014
Les frères Lassonde remettent 300 000 $ à la Fondation Honoré-Mercier
Par: Jennifer Blanchette
Le dossier de la Fondation Honoré-Mercier s’est illustré parmi une trentaine de candidatures, lui permettant de recevoir un don de 300 000 $ des frères Lassonde. Sur la photo : Le Dr Gilles Brien, président de la Fondation et Me Isabelle Doyon, directrice générale.

Le dossier de la Fondation Honoré-Mercier s’est illustré parmi une trentaine de candidatures, lui permettant de recevoir un don de 300 000 $ des frères Lassonde. Sur la photo : Le Dr Gilles Brien, président de la Fondation et Me Isabelle Doyon, directrice générale.

L’élan philanthropique de Michel, Jean et Pierre Lassonde a attiré les candidatures d’une trentaine d’organismes maskoutains, mais c’est finalement la Fondation Honoré-Mercier qui a mis la main sur la cagnotte de 300 000 $.

Ce généreux don permettra à la Fondation de mettre sur pied un programme de bourses destiné à promouvoir l’enseignement de la médecine familiale via l’Unité de médecine familiale Richelieu-Yamaska (UMF).

« Le montant de 300 000 $ a été placé dans un fonds de dotation et ce sont les intérêts générés qui permettront de remettre des bourses. Le capital, quant à lui, ne sera jamais amputé », explique la directrice générale de la Fondation Honoré-Mercier, Me Isabelle Doyon.

Les intéressés devront donc patienter quelque peu avant de bénéficier de ce nouveau système d’attribution de bourses, le temps que le Fonds s’enrichisse.

Cette somme substantielle provient de la contribution qu’avaient autrefois versée les frères Lassonde à la Fondation du Collège Antoine-Girouard, dissoute à la suite de la fermeture de l’établissement scolaire.

Au printemps, les trois mécènes maskoutains avaient clairement fait connaître leur intention de retourner dans la communauté cet important pécule.

Puisque le Fonds de dotation vise à développer les connaissances dans le domaine de la médecine familiale, l’ensemble des membres de l’équipe médicale multidisciplinaire de l’UMF est éligible à recevoir une bourse.

Avant de pouvoir piger dans la cagnotte, les demandeurs devront toutefois se conformer à deux conditions imposées par la famille Lassonde. D’abord, le médecin rattaché au projet d’étude devra s’engager à pratiquer dans la région maskoutaine pour cinq ans et le dossier devra nécessiter un montant de financement minimal de 10 000 $.

« Connaissant les besoins dans ce secteur d’activité, nous en sommes venus à la conclusion qu’il s’agissait là du meilleur moyen d’aider des milliers de citoyens qui ont besoin chaque année de la médecine familiale », affirment Michel, Jean et Pierre Lassonde.

Fondée en 2008, l’UMF accueille chaque année des résidents en médecine venus compléter leur formation sous la supervision d’omnipraticiens. Jusqu’à maintenant, 10 d’entre eux ont fait de Saint-Hyacinthe leur lieu de pratique.

image