23 avril 2020
Rouverts depuis le 15 avril
Les garages pris de court, mais opérationnels
Par: Olivier Dénommée

La plupart des ateliers mécaniques de Saint-Hyacinthe, dont celui du concessionnaire Lussier Chevrolet Buick GMC (photo), ont officiellement repris du service auprès du grand public le mercredi 15 avril, mais pas sans avoir mis en place diverses mesures pour assurer la sécurité de la clientèle comme des employés. Photo François Lariviève | Le Courrier ©

Le premier ministre François Legault en a surpris plusieurs le 13 avril en annonçant qu’il ajoutait les concessionnaires automobiles et les ateliers de mécanique à la liste des services essentiels, les invitant à reprendre du service dès le 15 avril. Les garagistes ont eu à faire preuve d’originalité pour arriver à répondre à la forte demande tout en respectant les directives de sécurité en cette pandémie de COVID-19.

Publicité
Activer le son

Plusieurs garages avaient fermé leurs portes fin mars, mais d’autres étaient demeurés ouverts, continuant l’entretien de véhicules essentiels exclusivement (voitures de police, ambulances, poids lourds, etc.). Mais aucun des garages joints par LE COURRIER n’attendait cette annonce du premier ministre, du moins pas si tôt.

« On s’attendait à ce que ce soit pour le 4 mai, alors on a eu moins de 48 heures pour se procurer les panneaux de plexiglas et les bouteilles de désinfectant, mais finalement, ça a bien été », affirme David Pariseau, directeur du service chez Lussier Chevrolet Buick GMC.

D’autres mesures, comme la fermeture de la majorité des salles d’attente où il était impossible de garder une distance de 2 m entre chaque personne, la suspension des services de raccompagnement, le lavage systématique des mains et la désinfection des véhicules de chaque client, ont été prises par différents garages pour assurer autant la sécurité des clients que celle des employés.

Règle générale, la clientèle se montre compréhensive de ces mesures exceptionnelles dans les conditions. « Les gens sont patients et respectueux : on est tous dans le même bateau », signale Robert Gatien chez Monsieur Muffler à Saint-Hyacinthe. Commentaire partagé par plusieurs autres garagistes. « On a bien quelques clients plus pressés, mais en général, tout le monde est compréhensif », ajoute Martin Lavallée chez Robert Bernard.

Patience de mise

De plus, la norme est maintenant de prendre rendez-vous, que ce soit par téléphone ou par courriel, pour éviter que trop de gens se présentent au garage en même temps. « C’est assez achalandé chez nous, mais les rendez-vous sont bien répartis », assure M. Lavallée.

Sans surprise, la pose des pneus d’été et les changements d’huile accaparent la majorité des rendez-vous. Les concessionnaires invitent la population à faire preuve de patience, car en plus d’une affluence déjà très élevée en cette période cruciale de l’année, tous les garages ne peuvent pas travailler à pleine capacité en ce moment.

« Nous sommes encore à effectifs réduits, notamment pour des problèmes de garderie et parce que certains de nos techniciens vivent avec des personnes à risque, mais nous prévoyons revenir à 100 % d’ici le 4 mai », précise M. Pariseau.

Pour le moment, la plupart des garagistes estiment pouvoir donner un rendez-vous dans un délai d’une à deux semaines environ. Mais il n’y a pas matière à paniquer pour ses pneus, rassure Martin Lavallée. « Certains ont l’impression qu’on a du retard sur les pneus d’été cette année, mais en comparant à l’année dernière, on est dans les mêmes dates. »

« Et ce n’est pas grave de garder ses pneus d’hiver quelques semaines de plus, contrairement à l’automne où il faudrait les installer le plus tôt possible », confirme David Pariseau. Donc, nul besoin de se précipiter chez son garagiste s’il n’y a pas urgence et encore moins si votre véhicule ne sort plus de votre cour en cette période de confinement.

image