15 mars 2012
Ils ont le vent dans les voiles
Les Gaulois encore bien en vie!
Par: Maxime Desroches
L'acharnement des Gaulois a fini par rapporter à Québec.

L'acharnement des Gaulois a fini par rapporter à Québec.

« On reconnaît les équipes gagnantes à leur réaction face à l’adversité. » Ces paroles sont celles qu’avait prononcées Martin Cadorette avant que sa troupe ne se présente au PEPS de l’Université Laval avec un retard de 0-2 à combler dans la série de demi-finale les opposant au Blizzard du Séminaire Saint-François.

publicité

Le pilote des Gaulois avait par ailleurs prédit qu’on reverrait ces deux clubs au Stade L.-P.-Gaucher pour au moins une autre rencontre. Il aura vu juste, puisque les Maskoutains ont joué le même tour que leurs adversaires de Québec leur avait servi la semaine dernière. Le CAG a montré une grande force de caractère en remportant in extremis les troisième et quatrième matchs devant les partisans du Blizzard.

Le rêve d’une deuxième Coupe Jimmy-Ferrari est donc encore bien vivant pour les Gaulois, qui ont enfin profité de quelques bonds favorables après avoir connu leur lot de malchances, plus tôt dans la série.Vendredi, lors de la troisième rencontre, ils ont inscrit le but égalisateur, celui qui portait le pointage à 1-1, en milieu de troisième période, à l’aide d’un tir d’un angle restreint qui a dévié sur l’équipement du gardien avant de trouver son chemin dans le fond du filet. Un scénario quasi identique a mené au second but du CAG, cette fois avec seulement 43 secondes à écouler au match.Les deux filets des Gaulois ont initialement été portés à la fiche de Gabryel Paquin-Boudreau. La reprise vidéo démontre toutefois que ceux-ci étaient l’oeuvre de Nicolas Aubé-Kubel.« On s’est entendus pour dire qu’en séries, la feuille de pointage importe peu. Même si le nom du buteur et des passeurs ne sont pas les bons, c’est notre philosophie de ne pas nous en occuper. L’important est qu’on se concentre sur des objectifs collectifs. Le concept d’équipe prime sur tout le reste », a affirmé un Martin Cadorette soulagé que Dame Chance se soit enfin manifestée pour la troupe maskoutaine.Récipiendaire de la troisième étoile, le gardien de but Philippe Desrosiers a sauvé les meubles à quelques reprises, multipliant les arrêts à bout portant.« Sans son brio, on aurait possiblement été sortis du match dès la première période. On doit en grande partie cette victoire à Philippe. Un déficit de 0-3 aurait été très dur à encaisser et pratiquement insurmontable », a souligné l’instructeur.

Un match de fou

Lors du quatrième duel, on a eu droit à une confrontation à caractère plus offensif, une première dans cette série. Les deux formations se sont échangé l’avance à quelques reprises lors des 50 premières minutes. Paquin-Boudreau a marqué pour porter la marque à 5-4 pour le CAG, mais la malchance s’est acharnée à nouveau sur les Maskoutains.

Avec 25 secondes à faire au dernier tiers, un dégagement a frappé une tige de la baie vitrée et la rondelle s’est retrouvée directement dans l’enclave, sur le bâton d’un attaquant du Blizzard. Il n’en fallait pas plus pour que le Blizzard envoie tout le monde en prolongation.« C’est le genre de série qu’on connaît jusqu’à présent. Notre défenseur a fait le bon jeu et ça s’est retourné contre nous dans le temps de le dire. »Le trio composé d’Aubé-Kubel, Paquin-Boudreau et Anthony Beauregard est toutefois revenu à la charge pour mettre fin au suspense après seulement 3:26 de temps supplémentaire. « Cette combinaison a fonctionné à plein régime durant notre périple à Québec. On sentait qu’ils tenaient leur bâton un peu moins serré que lors des matchs précédents. »Les autres buteurs des Gaulois ont été Samuel Tremblay, en infériorité numérique, et Julien Bahl, lors d’une attaque massive.

Matchs cinq, six et sept

En raison des contraintes d’impression, ces lignes ont été écrites avant la tenue de la cinquième partie, disputée hier (mercredi) soir, au Stade L.-P.-Gaucher. Peu importe le résultat du match, il est déjà assuré que le sixième chapitre de cette série sera présenté demain, à Québec. Si nécessaire, le septième et ultime duel aura lieu dimanche, à 18 h 30, au domicile des Gaulois.

image