10 novembre 2011
Trois victoires d'affilée sur la route
Les Gaulois repartent la machine
Par: Maxime Desroches

Lorsque Martin Cadorette parlait de la nécessité d’une meilleure exécution de sa troupe sur l’attaque massive, il était loin de s’attendre à ce que son équipe réponde de la manière qu’elle l’a fait, le 2 novembre, au Sportium de Ville-Sainte-Catherine, contre les Riverains du Collège Charles-Lemoyne.

Les Gaulois ont inscrit pas moins de six filets avec l’avantage d’un homme en neuf occasions, alors qu’ils ont écrasé leurs rivaux de division au compte de 11-4. Gabryel Paquin-Boudreau, la principale menace offensive des Maskoutains depuis le début de la campagne, a connu une première moitié de match de rêve, trompant à quatre reprises la vigilance du gardien de but Jonathan Wilson. Son quatrième filet de la rencontre procurait une avance de 5-4 aux Gaulois et s’est avéré le but gagnant.

Élu première étoile de la rencontre, Paquin-Boudreau a du coup pris le troisième rang au chapitre des buteurs dans le circuit Gauthier. Il en compte désormais 16 en 20 rencontres. L’attaquant Alexis Guilbault, auteur de deux buts et deux mentions d’aide, de même que le défenseur Julien Bahl, complice sur deux filets des siens en plus d’en marquer un, se sont aussi mis en évidence sur la feuille de pointage. Jérémy Roy a quant à lui récolté trois passes dans le triomphe des siens.« Il y avait des ajustements à apporter sur les unités spéciales. Les gars ont exécuté à la perfection les changements. Quand tes unités spéciales fonctionnent à plein régime comme elles l’ont fait durant la dernière semaine, ça facilite notre tâche », mentionne l’entraîneur Cadorette.Les Riverains auront tout de même donné une petite frousse aux Gaulois. Ils ont tiré profit d’un bond favorable et de quelques bévues maskoutaines pour combler un déficit de trois buts, à mi-chemin au deuxième engagement. Le gardien Philippe Cadorette a alors été retiré à la faveur de Philippe Desrosiers, qui n’a rien accordé en 30 minutes de jeu.« La stratégie avait pour but de fouetter les troupes. On a accompli ce qu’on voulait, parce qu’on a dominé la partie à partir du changement de gardien », précise Cadorette.

Du jeu hermétique contre l’Intrépide

Vendredi, à Gatineau, les Maskoutains ont fait la démonstration qu’ils sont aussi capables de sortir vainqueurs de matchs à caractère plus défensif. Nez à nez avec l’Intrépide après 65 minutes de jeu, le CAG a marqué l’unique but lors des tirs de barrage pour se sauver avec un gain de 2-1.

Entre les poteaux, Desrosiers s’est dressé devant 23 des 24 tirs de Gatineau pour enregistrer sa septième victoire. Le cinquième but du capitaine David Bédard, marqué avec l’aide de Vincent St-Amour dans les dernières secondes de la période médiane, a permis aux Gaulois de niveler la marque. La troupe de Martin Cadorette avait précédemment accordé un but à l’Intrépide, alors que celui-ci évoluait à court d’un homme.« Je n’étais pas satisfait de notre niveau d’effort. On a obtenu quelques bonnes occasions, mais le rythme a été cassé par une séquence de 11 minutes en deuxième période durant laquelle nous avions au moins un joueur au banc des pénalités. »Cette longue séquence en infériorité numérique s’explique notamment par une infraction de cinq minutes imposée à Paquin-Boudreau pour avoir donné de la bande. Normalement, une suspension automatique de deux rencontres aurait été appliquée pour un tel geste, mais à la demande des Gaulois, les dirigeants de la ligue ont révisé le geste de l’attaquant du CAG, et ont renversé la décision.

Pas de complexe

Deux jours plus tard, à Terrebonne, les Gaulois n’ont démontré aucun complexe face à l’une des rares formations à les devancer au classement général en défaisant les Phénix du Collège Esther-Blondin par la marque de 5-2.

Mathieu Ayotte (avec son 8e but de la présente campagne), Paquin-Boudreau (16e), St-Amour (1er), Roy (3e) et Samuel Tremblay (1er) ont tour à tour déjoué Simon Leiva. Les Maskoutains ont capitalisé à deux reprises sur les chances que leur offraient les Phénix, qui ont visité le cachot 11 fois durant cettre rencontre.« Peut-être parce qu’on n’a pas l’équipe la plus imposante physiquement, certaines équipes essaient de nous intimider en jouant dur dans les coins et en jouant du bâton. Cette fois, on a été fort mentalement pour éviter de tomber dans le piège », estime l’entraîneur-chef.Obtenant un second départ de suite, Desrosiers a réalisé 28 arrêts dans le gain du CAG. Il n’a été battu qu’à deux reprises, en début de troisième période.L’attaque massive n’est pas le seul aspect du jeu que les Gaulois ont amélioré ces derniers temps. Au cours de cette série de trois parties sur la route, l’unité d’infériorité numérique a été parfaite, n’accordant aucun but à ses opposants en 15 tentatives.Les Gaulois présentent désormais une fiche de 15-5-0-0 et affronteront deux rivaux de division, en fin de semaine, au Stade L.-P.-Gaucher. Ils se mesureront d’abord aux Riverains du Collège Charles-Lemoyne, samedi, à 16 h, avant d’affronter les Lions du Lac-Saint-Louis, dimanche, à 14 h.

image