26 mai 2011
Les gladiateurs de la route
Par: Martin Bourassa

Les jeunes conducteurs font des ravages sur nos routes. Les statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) le prouvent malheureusement avec beaucoup d’éloquence. Ainsi, les conducteurs de 16 à 24 ans ont été impliqués dans 24 % des accidents avec dommages corporels en 2010, et ce, même s’ils sont titulaires de seulement 10 % des permis de conduire. On pointe du doigt l’inexpérience et la témérité de ces apprentis chauffards.

Publicité
Activer le son

Les jeunes conducteurs font des ravages sur nos routes. Les statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) le prouvent malheureusement avec beaucoup d’éloquence. Ainsi, les conducteurs de 16 à 24 ans ont été impliqués dans 24 % des accidents avec dommages corporels en 2010, et ce, même s’ils sont titulaires de seulement 10 % des permis de conduire. On pointe du doigt l’inexpérience et la témérité de ces apprentis chauffards.

En 2009, les 16 à 24 ans ont commis pas moins de 40 % des infractions pour excès de vitesse de plus de 45 km/h au dessus de la limite permise et 49 % des infractions pour excès de vitesse ou action imprudente. Selon les chiffres de la SAAQ, de 2006 à 2010, la vitesse a été en cause dans 52 % des accidents mortels impliquant des conducteurs de 16 à 25 ans. Des chiffres qui donnent froid dans le dos, mais qui passent 100 pieds par dessus la tête des principaux intéressés. Méchant problème.Pour le résoudre, on parle encore de sensibilisation et de prévention. La SAAQ vient de lancer une autre campagne-choc par l’entremise des réseaux sociaux, forte d’une étude qui confirme la popularité de Facebook auprès des jeunes. J’espère que cette étude ne lui a pas coûté les yeux de la tête, car j’aurais pu le confirmer gratis, si un représentant de la SAAQ avait pris la peine de m’en parler.Certains ont aussi avancé, voire ramené à l’avant-scène, l’idée d’imposer un couvre-feu aux jeunes. L’idée revient de temps à autre, mais à l’image des jeunes conducteurs, elle ne tient pas la route très longtemps.Localement, il faut aussi applaudir à tour de bras les initiatives de sensibilisation comme celle orchestrée par la Sûreté du Québec, les services d’urgence (ambulanciers et pompiers) ainsi que les écoles publiques et privées. Je pense particulièrement à la simulation d’intervention qui a permis de rejoindre et d’impressionner quelque 1300 étudiants réunis au stade L.-P.-Gaucher il y a quelques jours à peine. C’est le genre d’exercice qui doit être repris sur une base annuelle et dans toutes les régions du Québec. C’est un pas dans la bonne direction.À l’inverse, il y a des activités qui font reculer la cause et qui vont dans le sens opposé des initiatives de sensibilisation aux dangers de à la vitesse au volant. Les bras me sont littéralement tombés quand j’ai pris connaissance de la plus récente idée de mon ami André Bienvenue, passé maître dans l’organisation de derbys de démolition haut en couleurs.Pour le prochain derby de démolition de l’Exposition agricole de Saint-Hyacinthe, dans le cadre de sa tournée estivale baptisée Les Gladiateurs de la route (!), il s’est mis en tête d’organiser une course pour la relève, c’est-à-dire à l’intention des conducteurs de 6 à 12 ans. « Ces jeunes viveront toute une expérience, imaginez les sensations fortes qu’ils ressentiront », dixit André Bienvenue. Plus fou que ça comme idée, tu pars tout de suite pour une semaine de vacances au terrain de camping de Venise-en-Québec!À la place des gens de l’Expo agricole, j’appuierais vite sur le frein.

image