8 octobre 2015
Élections fédérales
Les immigrants dans la ligne de mire d’Ugo Ménard
Par: Jean-Luc Lorry
Le candidat indépendant, Ugo Ménard. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le candidat indépendant, Ugo Ménard. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Sans vouloir endosser officiellement les idées du Front national (FN), le candidat indépendant aux élections fédérales dans Saint-Hyacinthe-Bagot, Ugo Ménard, se dit favorable à un contrôle très serré de l’immigration au pays.

Publicité
Activer le son

« Je trouve que l’immigration a un impact négatif sur notre identité ancestrale. Je suis contre l’immigration massive. On devrait mettre cela au minimum », considère Ugo Ménard, en entrevue au COURRIER.

Le candidat estime qu’un immigrant est un citoyen privilégié par la société ­québécoise. « Je propose que ce soit des Québécois pure laine qui aient accès en priorité aux logements sociaux et non des immigrants », indique M. Ménard qui est originaire du quartier La Providence.

Celui-ci tient à clarifier qu’il ne se ­revendique ni d’extrême droite, ni d’extrême gauche.

« Je me définis comme un défenseur des Québécois de souche. Je veux protéger notre identité ancestrale à la manière ­amérindienne », mentionne M. Ménard.

Pourtant, celui-ci a réservé auprès du ­Directeur général des élections du Québec la dénomination de Front national du ­Québec pour la période allant du 26 juin au 28 décembre 2015.

« Avant de présenter une demande ­d’autorisation, un parti peut réserver une dénomination pour une période ­n’excédant pas six mois, en transmettant au directeur général des élections une ­demande écrite à cet effet », précise la Loi électorale.

M. Ménard n’a pas souhaité commenter cette démarche qu’il avait entreprise avant de se présenter comme candidat ­indépendant.

Sur le site Web du FN, on peut lire que ce parti politique français invite les citoyens à signer une pétition pour s’opposer à une « submersion migratoire ».

L’équipe de campagne d’Ugo Ménard vient d’installer ses pancartes électorales où le slogan est « Protégeons nos racines ».

Détenteur d’un baccalauréat en ­microbiologie de l’Université Laval, Ugo Ménard est actuellement sans emploi.

image