17 octobre 2019
Football collégial
Les Lauréats s’assurent du premier rang
Par: Maxime Prévost Durand

Au terme d’une véritable guerre de tranchées, les Lauréats l’ont emporté 13 à 0 face aux Indiens samedi pour confirmer leur première place au classement de la section Sud-Ouest. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Avec encore un match à disputer, les Lauréats sont déjà assurés d’être couronnés champions de la saison régulière dans la section Sud-Ouest de la division 3. La formation du Cégep de Saint-Hyacinthe a confirmé sa première place samedi soir en l’emportant 13 à 0 face aux Indiens du Collège Ahuntsic.

publicité

C’est un match défensif à son meilleur qui nous a été présenté par les deux équipes, sous une pluie intermittente au terrain synthétique du Cégep de Saint-Hyacinthe. Il faut dire que l’enjeu était grand puisque les deux formations étaient toujours invaincues avant ce duel fort attendu, qui a d’ailleurs attiré près de 600 personnes.

Même si les Indiens présentent la meilleure unité défensive de la section cette saison, c’est celle des Lauréats qui a brillé le plus dans cette guerre de tranchées. Sur une séquence cruciale en fin de 3e quart, elle a notamment arrêté l’attaque d’Ahuntsic à deux reprises à la ligne d’une verge, dont sur un 4e essai, pour empêcher un touché. Cela a permis à Saint-Hyacinthe de reprendre la possession du ballon et de conserver sa mince avance de 3 à 0 acquise en début de rencontre.

« C’était gros comme jeu, a souligné l’entraîneur-chef du club maskoutain, Sébastien Deschamps, après la rencontre. La défense a fait un travail spectaculaire. Un “beigne” dans un aussi gros match, les gars le méritent parce qu’ils ont vraiment travaillé fort. »

L’attaque dévastatrice des Lauréats a été limitée pour sa part à seulement un touché, lequel est arrivé tard au 4e quart grâce à une course de deux verges du porteur de ballon Adrien Guay.

La formation maskoutaine a pourtant menacé dès sa première séquence à l’attaque. Un jeu truqué du quart-arrière Vincent Boyer au receveur David Amani Kabwe, qui a ensuite passé vers Charles-Antoine Giguère dans la zone des buts, a surpris la défensive d’Ahuntsic, mais le ballon a glissé des mains du receveur et les Lauréats ont dû se contenter d’un placement.

Le botteur Ilyas Benaddi s’est d’ailleurs distingué avec deux placements, en plus de maintenir une moyenne de 43 verges sur les bottés de dégagement.

Malgré le résultat à l’avantage de son équipe, Sébastien Deschamps est bien conscient que le match s’est joué à peu de choses. Cela dit, il était content de l’effort collectif de sa troupe. « Cette fois-ci, c’est nous qui avons gagné, mais ce n’est pas impossible qu’on les revoie [en séries] », a-t-il rappelé.

Un poids de moins

Les Lauréats profiteront maintenant d’une semaine de congé avant de reprendre l’action à Lanaudière le 26 octobre pour son dernier match du calendrier régulier. Avec le premier rang de la section en poche, le scénario est idéal à l’approche des séries.

« C’est un poids de moins sur nos épaules », a reconnu l’entraîneur-chef de la formation, qui ne cache pas son ambition de remporter le Bol d’Or pour une deuxième fois en trois ans.

Outre le titre de champions de la saison, cette première place assure surtout les Lauréats d’accueillir tous les matchs de séries qu’ils disputeront jusqu’à la finale du Bol d’Or, laquelle sera disputée à Thetford Mines le 16 novembre.

« Dans le format actuel de la ligue, quand tu finis deuxième, troisième ou quatrième dans notre section, tous les chemins passent par Jonquière [dont l’équipe mène la section Nord-Est, NDLR]. On l’a vécu l’an dernier, on est passé proche de les surprendre là-bas, mais si on a à jouer contre Jonquière, on aime mieux que ce soit en terrain neutre ou chez nous [et c’est ce qu’on s’est assuré avec le premier rang] », a indiqué Sébastien Deschamps.

Malgré cet avantage du terrain, rien n’est encore acquis pour les Lauréats et les joueurs sont bien au fait que le plus gros du travail reste à venir. « Toutes nos décisions sont prises en fonction de gagner le Bol d’Or. Mais pour se rendre là, il va falloir battre de bonnes équipes en séries éliminatoires, peu importe c’est qui. Les gars sont conscients qu’on n’est pas invincibles. Ils l’ont vu pendant l’année, on a fait de bonnes choses, d’autres moins bonnes, mais ils sont prêts à travailler fort et à rebondir quand on a de moins bonnes performances. On fait tout en notre pouvoir pour gagner la dernière game », a-t-il conclu.

image