15 décembre 2011
Choc de titans au Stade L.-P.-Gaucher
Les Lions ont le dernier mot
Par: Maxime Desroches
Un duel au sommet avait lieu entre les Gaulois et les Lions, dimanche, au Stade L.-P.-Gaucher.

Un duel au sommet avait lieu entre les Gaulois et les Lions, dimanche, au Stade L.-P.-Gaucher.

Comme ils nous ont habitués lors de leurs affrontements précédents, les Gaulois du Collège Antoine-Girouard et les Lions du Lac-Saint-Louis, deux formations bataillant pour le sommet du classement de la ligue midget AAA, se sont livrés un duel des plus serrés qui a nécessité la tenue d’une période de temps supplémentaire, dimanche, au Stade L.-P.-Gaucher.

C’est finalement le meilleur buteur du circuit Gauthier, Anthony De Luca, qui a mis fin aux hostilités dans les premiers instants de la prolongation en déjouant Philippe Desrosiers pour son 33e filet de la campagne. L’attaquant des Lions, toujours menaçant en territoire ennemi, avait été réduit au silence par la défensive du CAG au cours des trois périodes réglementaires.

La victoire de 2-1 des visiteurs leur a permis de s’approcher à quatre points des Maskoutains, détenteurs du premier rang de la Division Reebok et comeneurs avec les Phénix du Collège Esther-Blondin au classement général. Le Lac-Saint-Louis a pour sa part trois parties de plus à disputer que les Gaulois.Il a fallu attendre la 11e minute de jeu de la troisième période pour voir un premier but être marqué dans l’un des rares duels à bas pointage entre ces deux formations. Robert Mackenzie a donné les devants aux Lions à l’aide de son 13e but. La réplique du CAG, par l’entremise de Simon Brosseau, fut toutefois immédiate. L’attaquant de 16 ans a ainsi trouvé le fond du filet pour une deuxième fois en autant de matchs — ses deux premiers filets de la saison — mettant ainsi un terme à une léthargie longue de 30 parties.« C’était un énorme soulagement pour Simon. Il ne jouait pas du mauvais hockey, mais la rondelle ne rentrait pas pour lui cette saison. C’était des buts importants en plus; le but gagnant contre les Lions et le but égalisateur à Magog. Peut-être que le fait d’avoir brisé la glace va lui donner confiance en ses moyens, même si à la base, il est plus un passeur qu’un marqueur », mentionne l’entraîneur-chef des Gaulois, Martin Cadorette.

Un réveil en deuxième moitié

La veille, à Magog, les Gaulois ont démontré une belle force de caractère en comblant un déficit de deux buts dans la seconde moitié du match pour finalement vaincre les Cantonniers par la marque de 3-2.

Malgré leur récents insuccès sur l’unité d’attaque massive, les Maskoutains ont puisé au fond de leurs réserves afin de renverser la vapeur. L’effort déployé par les joueurs a d’ailleurs plu à l’entraîneur Cadorette, surtout que les Gaulois se mesuraient à une formation qui connaît sa part de succès récemment, ayant atteint la finale du Challenge Reebok il y a deux semaines.« Notre avantage numérique est anémique, c’est vrai, mais d’autre part, notre jeu à forces égales est très encourageant. Il nous manque seulement un peu d’opportunisme. Je ne suis pas inquiet outre mesure. C’est une question de temps avant que ça débloque », soutient-il.Les filets du CAG sont provenus des bâtons d’Anthony Beauregard (13e de la campagne), Mathieu Ayotte (15e) et Brosseau (1er). Le gardien Philippe Cadorette a mérité un 13e gain en 14 départs en se dressant devant 24 des 26 tirs des Cantonniers. Son unique défaite de la saison remonte au 23 octobre.« Il y a de quoi être satisfait de notre jeu collectif jusqu’à présent. Quelques joueurs peuvent en donner encore plus, et ils le savent. Sauf que de manière générale, chacun connaît son rôle. C’est ce qui fait en sorte qu’on amorcera le dernier droit en si bonne position », admet le pilote des Gaulois.Le CAG disputera deux rencontres sur la route avant le congé des Fêtes. Il affrontera, vendredi et dimanche, les Vikings de Saint-Eustache et les Grenadiers de Châteauguay. Sa prochaine joute à domicile aura lieu dans plus d’un mois, soit le 18 janvier, contre les Cantonniers.

image