30 mai 2013
SQ Les Maskoutains
Les maires tiennent au poste autoroutier
Par: Le Courrier

La Sûreté du Québec (SQ) étudie un projet de réorganisation de service qui déplaît aux maires de la MRC Les Maskoutains. Pour eux, il ne saurait être question que le poste autoroutier de Sainte-Rosalie soit déplacé vers l’ouest, près de la jonction des autouroutes 20 et 30.

Publicité
Activer le son

C’est par un vote unanime qu’ils ont exprimé leur désaccord sur ce scénario lors de la séance du conseil des maires du 15 mai.

Ils demandent à la SQ de reconsidérer sa position et de clore le dossier en confirmant que le poste autoroutier situé dans la MRC Les Maskoutains demeurera où il se trouve, c’est-à-dire au 3940, boul. Laurier Est à Saint-Hyacinthe.« Ils veulent relocaliser le poste là où il y a un service de police indépendant. C’est assez ordinaire », a lancé le maire de Saint-Simon, Normand Corbeil, lorsque les élus ont abordé la question en séance publique la semaine dernière. M. Corbeil faisait sans doute allusion à la Régie intermunicipale de police Richelieu Saint-Laurent, qui dessert 17 municipalités à l’ouest de la MRC Les Maskoutains, dont Sainte-Julie, tout près du point de rencontre des autoroutes 20 et 30.En fait, la SQ n’aurait pas encore déterminé à quel endroit pourrait être relogé le groupe autoroutier qui a été implanté à Sainte-Rosalie au printemps 2008, dans le poste construit par la MRC en 1999. Les 13 patrouilleurs du groupe y côtoient les 11 enquêteurs du poste de la SQ de la MRC Les Maskoutains, dont la gendarmerie se trouve rue Dessaulles, avec la caserne des pompiers du centre-ville. Les maires estiment que même si l’unité autoroutière ne relève pas du poste de la SQ des Maskoutains, lequel compte 100 policiers et 11 employés civils, ils ne perdent pas de vue que le fait qu’elle soit basée à Sainte-Rosalie accentue la présence policière sur le territoire de la MRC.Dans leur message à la Sûreté du Québec, les maires rappellent que l’ensemble des contribuables de la MRC assume, à même les taxes, une partie significative du coût de la desserte policière. Ils ajoutent que les locaux occupés par le groupe autoroutier à Sainte-Rosalie ont été aménagés pour répondre à ses besoins, selon les normes de la Société immobilière du Québec.La porte-parole de la SQ pour le district de la Montérégie, Ingrid Asselin, a confirmé au COURRIER que la pertinence de maintenir un groupe autoroutier à Sainte-Rosalie était examinée, mais sans plus. « Nous effectuons une révision de la desserte autoroutière dans le but de l’optimiser, et divers scénarios sont à l’étude. Est-ce que ce groupe autoroutier sera déplacé? On n’est pas rendu là. Il y a un comité qui travaille là-dessus, et il n’y a pas d’échéancier. On révise souvent notre desserte, mais ça ne veut pas dire qu’il va y avoir des changements », a-t-elle expliqué.Les maires de la MRC Les Maskoutains s’inquiéteraient-ils pour rien? André Beauregard, un conseiller municipal de Saint-Hyacinthe qui siège au comité de sécurité publique, ne le pense pas. Il assure que la possibilité d’un déménagement du groupe autoroutier a bel et bien été abordée en réunion par les représentants de la SQ il y a quelques mois. « On sait qu’il se passe quelque chose. Deux ou trois endroits ont été mentionnés. On s’attend à ce que l’autoroutier quitte d’ici un an ou deux : ça regarde pour ça », a-t-il commenté.En marge de ce dossier, la Ville de Saint-Hyacinthe et la MRC avaient, au printemps 2012, exploré la possibilité de réunir au même endroit la gendarmerie et le bureau des enquêteurs de la SQ des Maskoutains. La MRC avait confié à la firme Goyette Architecte un mandat de 6 500 $ pour l’étude de trois options : l’agrandissement du poste de Sainte-Rosalie, l’agrandissement du poste de la rue Dessaulles ou encore, la construction d’un nouveau poste. De son côté, la Ville avait octroyé au même bureau un contrat de 9 931 $ pour examiner la faisabilité d’un agrandissement du bâtiment du 925-935 rue Dessaulles, tant pour les besoins de la SQ que pour ceux du service des incendies.Les suites qui pourraient être données à ces études dépendent peut-être des orientations de la SQ à l’égard du groupe autoroutier de Sainte-Rosalie et de la surveillance des autoroutes 20 et 30.

image