23 février 2012
Les meilleurs boxeurs olympiques à Saint-Hyacinthe
Par: Maxime Desroches
Francis Hamel, Eric Barrak, Alain St-Amand, Claude McKinnon, Michael Gadbois et Alex Hamel étaient de la partie lors de la présentation de la carte du gala professionnel du 3 mars, à l'Hôtel des Seigneurs.

Francis Hamel, Eric Barrak, Alain St-Amand, Claude McKinnon, Michael Gadbois et Alex Hamel étaient de la partie lors de la présentation de la carte du gala professionnel du 3 mars, à l'Hôtel des Seigneurs.

Les amateurs de boxe maskoutains seront une fois de plus récompensés. L’Hôtel des Seigneurs recevra à nouveau la crème de la boxe olympique canadienne de calibre junior et juvénile, alors que s’y dérouleront les sélections finales en vue de former l’équipe nationale, du 28 février au 3 mars. Suivra le traditionnel gala professionnel, lequel mettra en vedette trois combattants maskoutains.

publicité

L’édition 2012 revêtra une importance particulière pour les pugilistes présents, étant donné qu’il s’agit d’une année olympique. Pour plusieurs, la victoire ou la défaite sur le ring, la semaine prochaine, pourrait avoir une incidence majeure sur leur rêve olympique.

« En boxe amateur, c’est le summum, l’idéal à atteindre. On ne peut sous-estimer à quel point c’est important pour ces boxeurs de représenter leur pays sur la scène mondiale. Nul doute que c’est la récompense ultime », a affirmé l’analyste Bernard Barré, mardi, lors d’un point de presse servant à la promotion de cette semaine de compétition.« C’est une année charnière du cycle olympique, et c’est d’autant plus spécial que la boxe féminine effectue un retour cet été à Londres, après plus de 100 ans d’absence (elle avait fait partie du programme de 1904, à Saint-Louis, à titre de discipline à l’essai, mais avait été retirée par la suite). »

Des Maskoutains à surveiller

Tant chez les amateurs que chez les professionnels de l’activité, des athlètes maskoutains enfileront les gants devant parents et amis. C’est le cas de Maude Bergeron, la championne canadienne défendante en classe 81 kg, qui souhaite assurer sa place au sein de l’équipe canadienne de boxe. L’Albertaine Loretta Armstrong devra vaincre l’athlète de Saint-Hilaire à deux reprises afin de la déloger.

Son coéquipier du Club de boxe de Saint-Hyacinthe Pascal Dion, et Richard Horth, de l’école de boxe Les Apprentis Champions, sont au nombre des athlètes de la région qui retiendront l’attention.Dans le volet professionnel, qui se mettra en branle vers 19 h, le samedi 3 mars, un trio de Maskoutains fouleront l’arène dans une carte comportant quatre combats. Francis Hamel disputera un premier combat professionnel en affrontant Emmanuel Guzman, de Québec. Michael Gadbois sera en action sur le ring pour la première fois depuis septembre 2011. Le Maskoutain de 25 ans (4-0-0, 1 K.O.) cherchera à conserver sa fiche immaculée lors d’un affront avec l’Américain Robert DaLuz, un vétéran possédant une expérience de 50 combats professionnels.« Ce sera mon premier combat de six rounds en carrière. Je me sens prêt. C’est un adversaire tough. Mon plan de match sera de le faire reculer », a-t-il expliqué.Gadbois s’est entraîné avec Sébastien Gauthier à raison de trois fois par semaine en guise de préparation à cet affrontement. Gauthier est un ancien adversaire de DaLuz. Le Jérômien l’avait emporté par décision unanime des juges.En grande finale, Alex Hamel (1-0-0, 1 K.O.), sera opposé au Longueuillois Patrick Tessier (4-14-2, 2 K.O.). Le Maskoutain de 29 ans s’attend à un duel rude et physique.« Pour tirer avantage de mes forces, je dois prendre le centre du ring et imposer mon tempo dès les premiers instants. Ça devrait donner un bon show! », a-t-il lancé.Le poids lourd montréalais Éric Barrak (5-0-0, 4 K.O.) lancera les hostilités. Il se mesurera à l’Américain Cullen Rogers. Les quatre victoires de Barrak par mise hors de combat sont survenues au premier round.À noter que les affrontements du volet amateur seront déterminés par un tirage au sort. Celui-ci sera tenu mardi.

image