27 juin 2013
Les plateaux sportifs ont trouvé preneur
Par: Le Courrier

Le conseil des commissaires de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) a entériné, mardi, une entente de principe visant la colocation, avec la Ville de Saint-Hyacinthe, des plateaux sportifs du Collège Antoine-Girouard.

L’entente tripartite prévoit un bail d’un peu plus de 13 mois qui prendra effet le 1 er juillet pour venir à terme au 15 août 2014. Le coût de location s’élève à 200 000 $ au total, un montant que verseront à parts égales la Ville et la Commission scolaire. Le bail inclut le chauffage, l’éclairage et l’entretien des locaux et terrains.

« La Ville et la Commission scolaire avaient des besoins similaires en terme d’heures d’utilisation, si bien que la facture sera séparée en deux, à 100 000 $ chacun », a confirmé la directrice générale de la CSSH, Caroline Dupré. Les installations comprennent deux gymnases à l’intérieur du défunt collège, trois gymnases dans le nouveau pavillon Léo-Sansoucy ainsi que deux terrains de soccer extérieurs. Les plateaux serviront aux élèves des écoles Fadette et Casavant dès la prochaine rentrée scolaire. Du coup, la CSSH vient mettre un terme à de longues démarches menées au fil des dernières années dans le but d’offrir des installations sportives répondant aux besoins des écoles Casavant et Fadette, cette dernière offrant par ailleurs le programme sport-études. La Ville de Saint-Hyacinthe compte pour sa part utiliser les locaux dès les prochaines semaines en y installant les équipements du club de gymnastique, qui doit quitter le pavillon des Pionniers avant le 30 juin. Ces équipements demeureront au CAG jusqu’à ce que l’aréna C.-A.-Gauvin soit prêt pour les accueillir vers janvier 2015, selon les échéanciers prévus.

Vente de fermeture

Le Collège Antoine-Girouard a par ailleurs entrepris de vendre son matériel et son mobilier en communiquant aux écoles publiques et privées l’inventaire des biens dont il doit se départir.

« Le matériel et le mobilier sont vendus par lot et chaque école de la commission scolaire est invitée à faire son propre « magasinage », si bien qu’on peut difficilement chiffrer la valeur des biens qui pourraient se retrouver dans nos écoles pour le moment », a expliqué Sagette Gagnon, responsable des communications à la CSSH. Les écoles Fadette et Casavant pourraient notamment se porter acquéreur de certains équipements sportifs qui se trouvent déjà dans les gymnases qui hébergeront leurs cours d’éducation physique dès l’an prochain.

image