4 juillet 2019
Entre les lignes
Les poches profondes
Par: Le Courrier

Personne ne peut nier que c’est la Ville de Saint-Hyacinthe qui a mis en place les conditions gagnantes au retour de Groupe Sélection au centre-ville en adoptant deux règlements qui ont eu pour effet de modifier le plan d’urbanisme. Ces modifications n’ont pas fait l’unanimité, mais elles sont là et il faut vivre avec.

publicité

Si le plan du promoteur respecte le zonage et la règlementation en vigueur, et vous pouvez être certain que ce sera le cas, rien n’y personne ne pourra empêcher la construction du complexe de 160 logements derrière le Centre des arts.

On pourrait certes trouver une poignée légale pour tenter de retarder le processus, mais il n’est pas certain que cette démarche donnera quelque chose.

Et ne nous trompons pas. C’est l’un des rôles d’une administration municipale de mettre en place des conditions gagnantes à sa croissance et à sa prospérité économique.

Ce n’est peut-être pas son rôle principal, mais c’en est un important.

Sauf qu’au final, ce n’est pas la Ville de Saint-Hyacinthe ni le maire Claude Corbeil qui va permettre à Groupe Sélection de s’implanter au centre-ville.

Si les cinq propriétaires d’immeubles visés avaient refusé de vendre leurs propriétés, la possibilité de raser ces immeubles pour bâtir un complexe locatif d’envergure ne serait pas si concrète. Et pour des raisons qui leur appartiennent, ces gens ont tous accepté l’offre de Réseau Sélection. Avait-il le choix? Les avis sont partagés, mais des citoyens se sont opposés avec succès à ce promoteur par le passé.

Groupe Sélection a évidemment les poches profondes. C’est plus facile de conclure des affaires quand l’argent n’est pas un problème. Et à voir à quelle vitesse poussent les résidences de Groupe Sélection au Québec, on comprend qu’il a les moyens de ses ambitions. Pas plus tard que la semaine dernière, on apprenait que ce promoteur faisait partie d’un consortium d’acheteurs qui vient d’investir 126 M$ pour mettre la main sur les terrains de la brasserie Molson à Montréal. Groupe Sélection sait donc se montrer convaincant.

Il devra l’être encore pour remplir ses 160 logements.

image