31 août 2017
Les premiers garçons franchissent les portes du CSM
Par: Rémi Léonard
Les premiers garçons franchissent les portes du CSM

Les premiers garçons franchissent les portes du CSM

La directrice générale du Collège Saint-Maurice, Marie-Claude Tardif, avec quelques-uns de ses nouveaux élèves. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La directrice générale du Collège Saint-Maurice, Marie-Claude Tardif, avec quelques-uns de ses nouveaux élèves. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un nouveau terrain de dek hockey vient de s’ajouter aux infrastructures sportives du CSM.   Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un nouveau terrain de dek hockey vient de s’ajouter aux infrastructures sportives du CSM. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le Collège Saint-Maurice (CSM) a accueilli mercredi ses tout premiers élèves masculins pour la rentrée 2017, la première mixte en 140 ans d’histoire pour l’institution.

publicité

C’est précisément 26 jeunes hommes qui ont fait le saut au CSM pour commencer leur secondaire, sur une cohorte de 138 nouveaux élèves au total, soit un peu moins d’un garçon pour cinq filles.
On est loin de la parité, mais loin aussi d’une présence marginale. Avec cinq groupes en première secondaire, les garçons seront au moins quelques-uns par classe. C’est justement ce que souhaitait la directrice générale du collège, Marie-Claude Tardif, lorsque LE COURRIER l’a rencontrée l’an dernier.
Aujourd’hui, elle se dit « emballée » non seulement de la réponse des garçons, mais également de celle des filles. Les 138 nouveaux venus représentent une hausse intéressante par rapport à la cohorte 2016, qui comptait 101 filles. L’arrivée d’effectifs masculins n’a donc pas fait fuir la clientèle traditionnelle du CSM, une question qui avait été soulevée lorsque le collège a annoncé l’arrivée de la mixité au printemps 2016.
Si l’annonce avait créé un certain choc chez les parents et les élèves anciennes ou actuelles, la controverse est retombée depuis.
Une mère de deux filles, l’une déjà au CSM et l’autre qui y fait son arrivée, confiait juste avant la rentrée avoir ressenti « une petite déception » lorsqu’elle a appris la nouvelle, « mais on comprend les raisons », dit-elle aujourd’hui. Sa plus jeune, elle, préfère même être dans une école mixte plutôt qu’avec des filles uniquement. Même chose pour David, l’un des premiers garçons à entrer au collège, qui ne s’en formalise pas trop. Sa mère croit même que « ça peut créer une chimie intéressante entre les garçons ». Pour un autre, c’est plutôt les nouveaux programmes qui l’ont attiré au CSM.
Le collège mise en effet sur des volets multimédia et robotique pour susciter l’intérêt des garçons et des filles. Cette année, le CSM s’inspire aussi du concept de fab lab avec un nouvel espace de fabrication, a annoncé Marie-Claude Tardif. « C’est comme un gros garage d’ingénierie », image-t-elle.
Les 26 courageux
Pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux, une activité d’accueil s’est déroulée deux jours avant la rentrée officielle à l’auditorium du CSM. Les jeunes ont ainsi pu se familiariser avec les lieux et leurs professeurs ainsi que tout le personnel du collège. À la suite d’une présentation emballante, la directrice des services pédagogiques, Hélène Leblanc, a marqué ce « moment historique » où la mixité entre au CSM en conviant les nouveaux élèves « à écrire une nouvelle page de l’histoire du collège ». Marie-Claude Tardif a aussi souligné « l’audace et le caractère des 26 garçons qui ont osé s’inscrire » au CSM cette année, les invitant même à se lever pour être chaudement applaudis par l’assistance.
L’objectif de ce virage vers la mixité était de regarnir les rangs du CSM jusqu’à la pleine capacité, soit 800 élèves, pour assurer la survie de l’institution, expliquait l’an dernier l’ex-directeur général, Jean-Pierre Jeannotte. Pour ce, 150 garçons et filles devront entrer au collège chaque année, fixait-il comme objectif. Une cible qui n’est pas tout à fait atteinte en 2017, même si la courbe des inscriptions – descendante depuis plusieurs années – s’est enfin inversée.
Rappelons que la mixité entre de façon progressive au CSM. Ainsi, seuls les garçons de première secondaire arrivent au collège pour la rentrée 2017. Au bout de cinq ans, l’établissement devrait donc être complètement mixte.

image