1 novembre 2012
Élections municipales 2013
Les prétendants au trône en réflexion?
Par: Le Courrier

Si le maire Bernier refuse de s’avancer sur son avenir politique avant l’arrivée du printemps, il semble acquis qu’il ne sera pas seul s’il choisit de se lancer dans la course. Pion, Rhéaume, Corbeil, Bousquet, Pelletier : à un an du scrutin, les rumeurs vont déjà bon train.

Bien qu’aucun candidat potentiel ne veuille confirmer sa décision, certains affirment néanmoins qu’ils sont en « réflexion assez avancée ».

Réjean Pion, ex-conseiller municipal du secteur Saint-Joseph et directeur de la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains, serait, dit-on, un candidat convoité. « Ma décision n’est pas prise encore, mais on m’a tendu plusieurs perches. Je ne sais pas encore si je veux prendre ce nouveau virage. »Jean-Marie Pelletier, candidat à l’élection de 2009, annoncera pour sa part ses couleurs dès janvier. « J’ai été approché par certaines personnes et je vais prendre ma décision finale d’ici la fin de l’année. Un grand bout de la réflexion est déjà fait, mais je souhaite me donner un délai avant d’annoncer mes intentions. »Parmi les autres noms qui circulent, celui de Pierre Rhéaume fait beaucoup jaser. Le principal intéressé se refuse à tout commentaire. N’empêche, si cette possibilité devait se concrétiser, le maire Bernier pourrait affronter le fils de Clément Rhéaume, qu’il avait battu en 1992 pour prendre les rênes de la Ville au terme d’une âpre campagne.Claude Corbeil, l’actuel président de la Chambre de commerce et de l’industrie, refuse lui aussi de confirmer son intérêt à briguer la mairie en 2012. « Quand des gens sont impliqués, leur nom circule. Présentement, je me concentre à livrer des dossiers importants pour la Chambre de commerce et pour le CLD. Avec l’incendie qui a endommagé ma ferme, j’ai des travaux de construction à faire. J’en ai plein les bras. »Au sein même du conseil, des candidats potentiels pourraient aussi se lever. Au premier rang, David Bousquet, est loin d’avoir pris une décision. « C’est quelque chose qui pourrait arriver. Mais en politique, si j’ai compris une chose, c’est que c’est la population qui doit venir te chercher. Ce n’est pas une bonne idée de s’imposer. Pour l’instant, je n’ai pas entendu le souhait de la population pour que je sois candidat. Si ce n’est pas cette fois-ci, ce sera peut-être une autre fois. J’ai le temps devant moi. Mais je me présenterai assurément au poste de conseiller. »Le doyen de l’assemblée, Bernard Barré, semble lui aussi vouloir conserver son poste de conseiller. « La mairie ce n’est pas dans mes plans au moment où l’on se parle, parce que j’ai aussi ma vie professionnelle et j’aime le mélange des deux. Pour être maire, il faut investir le temps et être présent. Quand les gens font une coupe de ruban, ils ne veulent pas voir le maire suppléant! Et j’aime représenter les gens de mon quartier. »Le nom de Johanne Delage a bien circulé, mais la principale intéressée confirme que ce n’est pas dans ses plans. « On m’en a parlé. Si j’avais eu 10 ans de moins, j’y serais allée. Je ne me présenterai pas à la mairie, mais je ne serai pas loin de la campagne, je le jure! Je vais m’impliquer », a-t-elle assuré, sans préciser sur quel cheval elle allait miser.

image