31 mai 2012
Le syndicat dénonce l'attitude de la direction
Les professeurs du Cégep exaspérés par le climat de travail
Par: Le Courrier
Entouré de dizaines de collègues, le président du Syndicat des professeurs du Cégep de Saint-Hyacinthe, Antoine Campeau-Péloquin, a livré au conseil d'administration ses préoccupations quant au climat de travail.

Entouré de dizaines de collègues, le président du Syndicat des professeurs du Cégep de Saint-Hyacinthe, Antoine Campeau-Péloquin, a livré au conseil d'administration ses préoccupations quant au climat de travail.

Pour une deuxième année consécutive, le Syndicat des professeurs du Cégep de Saint-Hyacinthe s’est présenté devant le conseil d’administration de l’établissement, mardi, pour exhorter la direction de changer d’attitude à son égard.

Les dizaines de professeurs qui ont envahi la salle du conseil dénoncent que la direction ne tienne pas compte de leurs opinions dans les décisions qui guident le développement du collège, minant du même coup le climat de travail et le moral des troupes.

Frustrés que leur appel soit demeuré sans écho l’an dernier, les professeurs avaient boycotté cet automne un certain nombre de rencontres prévues par le comité de pilotage du plan stratégique du collège. Des progrès ont été notés lors de discussions avec la direction, admettent-ils, mais ils demeurent insuffisants, si bien que le Syndicat n’exclut pas d’accroître les moyens de pression si la situation ne s’améliore pas.« On a d’autres cartes dans notre manche », a affirmé le président Antoine Campeau-Péloquin, qui enseigne la biologie.Devant les membres du conseil d’administration, M. Campeau-Péloquin a affirmé que le problème fondamental résidait dans l’attitude générale de la direction, « une attitude fermée et de confrontation qui empêche une véritable concertation ».Les professeurs se sentent mis de côté par la direction qui minimise leurs inquiétudes et qui fait fi de l’apport pédagogique des professeurs, alors que le constat du « terrain » devrait s’avérer être un outil important de développement, plaident-ils.« Les professeurs sont exaspérés d’avoir à répéter, répéter et répéter que nous aimerions être partie prenante du développement du Cégep, et pas seulement en façade, a-t-il poursuivi. Il nous semble que l’opinion des professeurs devrait compter dans un établissement d’enseignement. »Selon M. Campeau-Péloquin, le conflit étudiant n’a fait qu’exacerber la tension déjà bien présente. Il estime que les professeurs ont été placés devant le fait accompli et dans une position délicate en ce qui concerne la gestion des injonctions et la volonté du collège de reprendre les cours malgré les votes de grève. « D’un conflit entre le gouvernement et les étudiants, la Direction en a fait un entre elle et ses employés », a-t-il laissé tomber.

Rendez-vous le 15 août

Outre les revendications des professeurs, le conseil d’administration du Cégep avait aussi à l’ordre du jour l’adoption du réaménagement du calendrier scolaire en vue de la reprise, en août, de la fin de la session d’hiver écourtée par la grève étudiante et la Loi 78.

La session se poursuivra donc à compter du 15 août pour se terminer le 28 septembre. En additionnant ces six semaines de cours aux classes qui se sont tenues au début de l’hiver, la session durera trois semaines de moins que prévu. La «rentrée » automnale est quant à elle prévue le 15 octobre pour une session qui se poursuivra au-delà de Noël, soit jusqu’au 25 janvier. En effet, les cégépiens qui ont l’habitude de voir leur congé des Fêtes se prolonger devront cette fois être de retour sur les bancs d’école le 7 janvier, après deux semaines de vacances.Malgré ce calendrier, la session d’automne sera tout de même écourtée de deux semaines par rapport à l’habitude.La session d’hiver 2013 s’amorcera pour sa part le 11 février pour se terminer au début du mois de juin, quelques semaines plus tard qu’en temps normal.

image