26 mai 2011
Réorganisation des loisirs de quartiers
Les recommandations du comité attendront
Par: Le Courrier

Déposé en début d’année par le Comité de travail des Loisirs de quartiers, le rapport sur la réorganisation des Loisirs de Saint-Hyacinthe a aussitôt été tabletté.

Publicité
Activer le son

Même si en séance plénière six élus contre quatre ont voté en faveur des recommandations, le conseil, dont s’était retiré le conseiller et directeur des Loisirs de Douville, André Beauregard, a préféré y mettre un frein pour cause de « faible majorité ». Aucune réorganisation n’a donc été soumise au vote officiel du conseil, ce qui représente une grande déception pour les conseillères et maîtres d’oeuvre du rapport, soit Brigitte Sansoucy et Louise Arpin.

« Je pense que c’était un défi et nous y avons consacré beaucoup d’efforts, mais ce rapport demeure une bonne idée. C’est une déception qu’on n’aille pas de l’avant », a évoqué Louise Arpin au COURRIER. Même son de cloche du côté de sa collègue Brigitte Sansoucy. « Je continue de penser que nos conclusions offrent une réponse intéressante aux problèmes actuels des corporations de loisirs, tout en restant à l’intérieur du cadre budgétaire. »Depuis les élections de 2009, les conseillères Arpin et Sansoucy ainsi que les autres membres du comité ont tenu maintes rencontres avec les présidents et coordonnateurs des neuf corporations de Loisirs qui ont déposé autant de mémoires en octobre 2010. « On n’a pas inventé les problématiques, elles nous ont été apportées par les corporations elles-mêmes », a expliqué Mme Sansoucy.Trois secteurs problématiques avaient été identifiés : le soccer mineur, les camps de jour et l’administration des corporations. Sans s’étendre sur le sujet, l’élue de Saint-Sacrement a reconnu que le comité recommandait un partage des pouvoirs différents.« Notre rapport donnait des moyens aux différentes corporations de mieux travailler ensemble », a mentionné Brigitte Sansoucy.Selon elle, les camps de jour demandent plus d’encadrement, alors que les coordonnateurs devraient être en mesure de moins administrer et d’animer davantage. « Le monde des loisirs a évolué et il faut adapter la structure de fonctionnement à la nouvelle réalité des camps de jour et à la lourdeur administrative toujours grandissante », a résumé Brigitte Sansoucy.En assemblée publique, la conseillère de Saint-Sacrement et sa collègue ont suggéré au conseil de remettre une copie du volumineux rapport de 44 pages aux corporations. « Nous avons sollicité la participation des présidents et des coordonnateurs des Loisirs de quartier, ils sont dans l’attente et se demandent maintenant pourquoi nous ne leur partageons pas nos conclusions », a renchéri Mme Arpin.

La peur de la nouveauté

Malgré un vote favorable au rapport en rencontre plénière, le conseil a choisi la prudence en confiant un second mandat d’études au Comité de travail des Loisirs de quartiers. « L’administration de Saint-Hyacinthe a été habituée à prendre beaucoup de décisions consensuelles », a rappelé Brigitte Sansoucy, soulignant que les quatre opposants au rapport l’ont manifesté de façon très vigoureuse.

Selon les deux conseillères, certains conseillers ont eu peur de la nouveauté. « C’est clair que notre rapport apportait de grands changements à la structure des Loisirs et pour des conseillers, des présidents ou des coordonnateurs qui tiennent à une autonomie complète de leur corporation, toute option en dehors du statu quo est une menace », croit Mme Sansoucy.Pourtant, il n’est pas question de fusion, a assuré Louise Arpin. « Le modèle centralisateur a été étudié, mais n’a pas été retenu », a-t-elle dit, ajoutant au passage qu’il faut parfois prendre le taureau par les cornes pour obtenir les meilleurs résultats.Pour Brigitte Sansoucy, le report de la réorganisation pourrait être un mal pour un bien. « Mon but, c’est que ça aille mieux aux Loisirs, je crois que ça n’aurait pas servi le dossier si les opposants étaient descendus sur la place publique au lendemain du vote proposant la réorganisation pour discréditer le contenu », a-t-elle évoqué.La conseillère assure que les loisirs de quartiers auront bel et bien un nouveau visage en 2012. « Le statu quo se poursuit pour 2011, mais dès janvier prochain, ce sera autre chose », a-t-elle promis. Au cours des prochains mois, les corporations seront donc invitées à soumettre leurs réflexions… à nouveau!

image