27 octobre 2011
Site gazier de La Présentation
Les réponses du gouvernement jugées insatisfaisantes
Par: Jean-Luc Lorry
Un nouveau rassemblement populaire s'est tenu cette semaine aux abords du site gazier de La Présentation.

Un nouveau rassemblement populaire s'est tenu cette semaine aux abords du site gazier de La Présentation.

L’industrie controversée des gaz de schiste continue de faire couler de l’encre. Une cinquantaine d’opposants jugent insatisfaisantes les réponses données par Québec concernant les risques du site gazier situé sur le rang Salvail Sud à La Présentation.

Les citoyens de cette municipalité demeurent plus inquiets que jamais par les fuites de méthane qui émaneraient encore des deux puits et du possible danger de contamination de la nappe d’eau souterraine.

Du méthane concentré à 16 % a été détecté jusqu’à une distance périphérique de 45 mètres des puits aujourd’hui fermés de la compagnie albertaine Canbriam. Le 24 septembre, les membres du Comité Non-Schiste La Présentation ont adressé une lettre au ministre de l’Environnement et à celui des Ressources naturelles pour les questionner sur le site gazier de La Présentation.« Sur une trentaine de sites de forage existants en ce moment au Québec, 19 puits fuient de manière significative, selon les inspecteurs du ministère de l’Environnement. L’un des puits sur le site du rang Salvail Sud compte parmi les plus problématiques », écrivent les membres du comité.Dans ce document, ces citoyens dénoncent le mutisme des compagnies Gastem de Montréal et Canbriam, toutes deux responsables du forage et de la fracturation de deux puits de La Présentation.« Pour le Ministère, la situation sera considérée comme définitivement réglée lorsqu’il n’y aura plus de lecture significative de gaz dans le sol du site », répond Pierre Paquin, directeur régional au ministère de l’Environnement dans une lettre datée du 6 octobre. Celui-ci assure également que « le suivi effectué dans les puits d’observation ne démontre aucune contamination de l’eau souterraine par le méthane ».En début de semaine, un rassemblement populaire s’est tenu une nouvelle fois aux abords du site de La Présentation en présence de plusieurs élus. D’une voix commune, les députés péquistes Stéphane Bergeron, Martine Ouellet et Émilien Pelletier ont exigé un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. « Avec les fuites de méthane, il y a un danger pour la contamination de la nappe d’eau souterraine et pour la contamination de l’air. Le gouvernement reste les bras croisés et ne fait rien pour remédier à la situation. Pire, il semble que le ministre Pierre Arcand se fie sur le suivi de la gazière pour la qualité de l’eau et de l’air. C’est inacceptable et incompréhensible », dénoncent collectivement les trois députés du Parti québécois.

Réplique gouvernementale

Le cabinet du ministre de l’Environnement n’a pas tardé à répliquer aux critiques péquistes.

« Le Parti québécois prétend que la santé et la sécurité des citoyens sont menacées. En octobre 2010, un programme spécial d’inspection systématique des puits de gaz de schiste a été instauré. Le gouvernement ne fera aucun compromis sur la santé et la sécurité des citoyens et sur le respect de l’environnement », a assuré le ministre Arcand par voie de communiqué.

image