3 juillet 2014
Bruno Gervais signe avec l'Avalanche
Les retrouvailles de deux grands amis – prise 2
Par: Maxime Prévost Durand

Comme en 2012, Bruno Gervais ira retrouver son bon ami Maxime Talbot. Le Maskoutain a signé le 1 er juillet, dès l’ouverture de la course aux joueurs autonomes, un contrat d’un an à deux volets avec l’Avalanche du Colorado.

Gervais en sera à sa quatrième équipe de la Ligue nationale de hockey. Depuis son arrivée dans la LNH en 2005, le défenseur a porté les couleurs des Islanders de New York et du Lightning de Tampa Bay avant de se joindre aux Flyers de Philadelphie en 2012, où il était allé rejoindre Maxime Talbot avant que ce dernier ne soit échangé au Colorado.

« Beaucoup de personnes me connaissent bien au Colorado. Ils savent à quel genre de joueur ils ont affaire. Ça a facilité les discussions. On a déjà eu de bonnes conversations ensemble », affirme le natif de Saint-Hyacinthe, qui se réjouit de cette nouvelle opportunité qui se présente à lui.Ce nouveau contrat d’une saison lui rapportera un montant de 650 000 $.

Encore de l’apprentissage

Même s’il est maintenant âgé de 29 ans, Bruno Gervais en apprend toujours sur le milieu du hockey professionnel, milieu dans lequel il évolue depuis maintenant près de 10 ans. Cette saison, un rôle « complètement différent » l’attendait alors qu’il avait été rétrogradé au club-école des Flyers de Philadelphie, les Phantoms d’Adirondack, avant même que la saison ne commence.

« J’étais un vétéran là-bas, je devais agir comme un leader auprès des plus jeunes joueurs », raconte le Maskoutain qui a disputé 59 parties dans la Ligue américaine de hockey (AHL) au cours de la saison, sans jamais pouvoir goûter à l’action de la LNH. Il s’agissait d’un premier retour dans la AHL pour lui depuis la saison 2006-07.On le sent dans sa voix, il a été déçu de son sort la saison dernière. « Je me voyais toujours avec les Flyers », laisse-t-il tomber. Le problème, c’est que Philadelphie disposait de trop de défenseurs en début de saison. Et c’est Gervais qui a écopé. « C’est un problème que j’ai vu arriver de loin, avoue-t-il. C’est plate un peu, mais ça fait partie du sport. »Avec les Phantoms, il a marqué 10 buts, récolté 16 passes et maintenu un différentiel de – 14. L’équipe a vu sa saison se terminer le 19 avril sans qu’elle ne puisse accéder aux séries éliminatoires.

Un nouveau départ

Maintenant qu’il joint les rangs de l’équipe de Patrick Roy, Gervais croit qu’il aura de nouveau une chance de se faire valoir dans la grande ligue.

« C’est une belle opportunité, mais je sais que j’ai une grosse pente à remonter. Quand tu joues toute une saison dans la Ligue américaine de hockey, tu dois refaire tes preuves. »La défensive de l’Avalanche se veut plutôt imposante avec des joueurs de plus de 6 pi 4 po (Jan Hejda, Erik Johnson et Nick Holden). « Ce n’est pas la défense la plus physique, avance toutefois Gervais. C’est une équipe qui joue avec beaucoup de vitesse. Il faut donc exceller dans la relance de l’attaque. »À l’ouverture de la course aux joueurs autonomes, l’Avalanche a également mis sous contrat Jarome Iginla, en plus de mettre la main sur le défenseur Brad Stuart. Ils se joignent donc aux Matt Duchene, Nathan Mackinnon et Gabriel Landeskog ainsi qu’à la récente acquisition du Colorado dans un échange avec le Canadien de Montréal, Daniel Brière.

image