7 janvier 2016
La MRC en 2016
Les revenus en remontée
Par: Benoît Lapierre

Au terme d’une année de fortes ­compressions budgétaires, la MRC des Maskoutains vient de se doter d’un budget 2016 tout aussi serré que le précédent, et ce, malgré une légère augmentation des revenus.

Le volet général de ce budget – sa « partie 1 » à laquelle toutes les municipalités contribuent – est doté d’une enveloppe de 5 045 146 $, comparativement à 4 874 887 $ dans le budget 2015. Il s’agit là d’une hausse de 170 259 $ qui, toutefois, n’augmente pas vraiment la marge de manoeuvre de la MRC, a expliqué son ­directeur général, Gabriel Michaud.

Cet argent frais provient en bonne ­partie de contributions d’Emploi-Québec à des projets précis de développement économique qui seront financés en 2016 : les Bourses de la relève (20 000 $), le Salon de l’emploi (75 000 $), le programme de formation en conversation anglaise et ­espagnole (71 400 $, dont 50 % versés par les entreprises bénéficiaires), la formation aux entreprises (22 994 $).

Ces nouvelles enveloppes font en sorte que le budget réservé au développement économique passera à 921 316 $ en 2016. La MRC prévoit terminer l’année financière 2015 avec des dépenses de 804 000 $ en ce domaine, montant qui comprend un budget de base de 610 201 $, bonifié en cours de route par des subventions ­allouées à des projets spéciaux.

En décrétant, à la fin de 2014, ­l’abolition des centres locaux de développement (CLD), lesquels relevaient des MRC, le gouvernement du Québec a du même coup décidé de réduire considérablement les sommes qu’il consacrait à les soutenir dans leur mission. Du jour au lendemain, la subvention accordée au CLD Les Maskoutains a chuté de 514 566 $ à 208 003 $, et c’est un montant quasi identique de 208 399 $ que la MRC touchera du ministère du Développement économique en 2016. Les municipalités avaient répondu à cette ­compression en réduisant leur propre contribution de 497 375 $ à 401 802 $, au lieu de l’augmenter à 535 000 $ comme elles l’avaient d’abord prévu. Au total, ce sont 402 136 $ qui ont été retranchés en 2015 de l’enveloppe du développement économique. L’ère CLD s’est terminée le 31 juillet, et un nouveau service relevant directement de la MRC a pris son envol. « L’année 2015 a été une année de transition. Nous vivrons, en 2016, la première année complète avec les nouveaux ­paramètres », a résumé Gabriel Michaud.

Prévention incendie

À la MRC, l’année 2015 a été marquée par un autre bouleversement, celui-là du côté du service de prévention en sécurité ­incendie (risques moyens et élevés). ­Depuis la fin du mois de juillet, ce service auquel les municipalités bénéficiaires devaient consacrer 226 075 $ en 2015 n’est plus assuré par la Ville de Saint-Hyacinthe. Ces municipalités ont donc dû trouver une autre façon de remplir leurs obligations en cette ­matière.

Huit d’entre elles ont choisi d’adhérer au nouveau Service régional de ­prévention que la MRC mettra sur pied. Il s’agit de Saint-Barnabé Sud, Saint-­Bernard-de-Michaudville, Saint-Damase, Saint-Hugues, Saint-Jude, Saint-Liboire, Sainte-Madeleine et Saint-Valérien-de-Milton. Exception faite de Saint-­Hyacinthe, sept autres vont s’organiser sans la MRC. Ce sont la Ville de Saint-Pie, Saint-Dominique, Sainte-Hélène-de-­Bagot, Sainte-Marie-Madeleine, Saint-­Simon, Saint-Marcel-de-Richelieu et Saint-Louis. Ces deux dernières seront desservies par la Ville de Saint-Ours en matière de prévention des risques moyens et élevés, tandis que les autres feront appel à une firme indépendante. Quant à la municipalité de La ­Présentation, elle continuera de recevoir le service de la Ville de Saint-Hyacinthe, avec laquelle elle détient une entente sur la protection contre l’incendie.

Dans les circonstances, la dépense en prévention incendie a été détachée de la « partie 2 » du budget et isolée dans une nouvelle section, la « partie 9 », dont le budget 2016 s’élève à 100 841 $. Les municipalités participantes y ­consacreront les mêmes quotes-parts qu’en 2015.

Pour le reste, la partie 2 continuera ­d’inclure les dépenses liées à l’évaluation foncière, le Pacte rural, l’urbanisme et le projet des Matinées gourmandes (36 000 $), des volets auxquels contribuent toutes les municipalités, sauf Saint-Hyacinthe. La prévention ­incendie retranchée, le budget 2016 de la partie 2 s’élève à 1,12 million $, ­comparativement à 1,64 million $ en 2015. Notons que la dépense de 694 770 $ associée à la révision des rôles ­d’évaluation de huit municipalités a considérablement gonflé cette partie du budget en 2015.

Quant à la somme des dépenses des six parties du budget de la MRC pour 2016, incluant la nouvelle « partie 9 », elle se chiffre à 8 millions $, comparativement à 8,22 millions $ en 2015. À la­ « partie 4 », on remarque une petite ­augmentation de l’enveloppe du transport adapté, laquelle passe de 1 220 904 $ à 1 234 064 $.

Enfin, la somme des quotes-parts des municipalités, incluant la prévention ­incendie, atteindra 2,62 millions $ en 2016, comparativement à 2,72 millions $ en 2015.

image