12 mai 2011
Un décrochement n'attend pas l'autre
Les riverains de Saint-Jude sont sereins
Par: Le Courrier

La municipalité de Saint-Jude a encore fait jaser au cours des derniers jours, alors qu’un nouveau décrochement de terrain a suscité l’intérêt des médias. Or, comme le rappelle le maire Yves de Bellefeuille : à Saint-Jude, un décrochement n’attend pas l’autre!

Publicité
Activer le son

« Si tous les décrochements retenaient l’attention, on parlerait de nous toutes les deux semaines », a-t-il lancé en soulignant qu’entre 25 et 30 incidents du genre surviennent chaque année dans la petite municipalité, et ce, depuis toujours.

Le dernier en liste s’est produit au cours de la fin de semaine, lorsque quelque 200 mètres carrés de terre se sont affaissés dans la rivière, tout près du village.« C’est un endroit qui avait été identifié par les ingénieurs, mais qui n’est pas sous surveillance puisqu’il ne représente pas un danger imminent », a expliqué la directrice générale de Saint-Jude, Sylvie Beauregard. Ces épisodes d’effritement des berges n’inquièteraient pas outre mesure les riverains, somme toute habitués aux sols instables de leur région. « De tout temps, Saint-Jude a connu son lot de glissements de terrain et de décrochements. Peut-être que maintenant qu’on surveille tout ça de plus près, les gens nous appellent davantage pour signaler certaines observations. Ça nous permet de suivre l’évolution du sol », a noté Mme Beauregard.« Les médias s’inquiètent, mais ici, les gens ont toujours vécu avec ça, a ajouté le maire. Et maintenant, nous connaissons notre sol mieux que n’importe quelle ville au Québec. Ça n’empêchera pas la nature de bouger, mais ça nous permet de mieux la voir venir et d’agir. »

Patience pour les évacués

Les occupants des neuf résidences évacuées de façon préventive depuis le 19 avril en raison d’un décrochement dans une zone qui préoccupait la Sécurité civile pourraient bien rentrer à la maison d’ici les deux prochaines semaines.

Les travaux ont commencé le 2 mai pour adoucir la pente qui mène à la rivière. Ils ont toutefois été interrompus par la pluie, qui mettait en péril la sécurité des opérateurs de la machinerie.« L’eau a fait décrocher d’autres pans de terre naturellement. La masse à retirer est donc moins imposante et le travail avance rapidement depuis la reprise. Notre objectif est que les citoyens retrouvent leur chez-soi au plus vite », a expliqué Mme Beauregard.Si la météo le permet, les travaux devraient être achevés au cours des deux prochaines semaines. Les résidents évacués pourront dès lors réintégrer leur domicile.-30-

image