9 janvier 2020
Les séjours s’allongent à l’urgence de l’hôpital Honoré-Mercier
Par: Sarah-Eve Charland

Les durées moyennes de séjour s’allongent à l’hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

La durée moyenne de séjour (DMS) a augmenté de deux heures au cours de la dernière année à l’urgence de l’hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe. Le Centre intégré de santé et des services sociaux Montérégie-Est (CISSSME), qui comprend aussi les deux hôpitaux de Sorel-Tracy et de Longueuil, est loin d’atteindre tous ses objectifs pour réduire les séjours à l’urgence.

publicité

La DMS à l’urgence a atteint 14,2 heures à l’hôpital Honoré-Mercier pour l’année en cours, alors qu’elle se situait à 12,3 heures l’année dernière pour la même période. Seul l’hôpital Pierre-Boucher de Longueuil a connu une amélioration. Sa DMS est passée de 20,4 heures l’année dernière à 17,6 heures cette année. Quant à l’Hôtel-Dieu de Sorel, la DMS est passée de 13,7 heures à 15,8 heures.

Selon le rapport annuel 2018-2019 du CISSSME, la situation dans les urgences continue de s’améliorer pour les trois hôpitaux.

Pour les trois, le CISSSME a enregistré une moyenne de 16,9 heures pour sa DMS, soit le meilleur résultat depuis la création du CISSSME. Le délai moyen entre la demande d’hospitalisation et l’accès à un lit a diminué de 2,8 heures, peut-on lire.

Parmi les cibles que le CISSSME s’était imposées, l’organisation souhaitait diminuer la DMS à 12 heures pour chacun des trois hôpitaux. Elle visait à augmenter le pourcentage de la clientèle dont le délai de prise en charge par un médecin est de moins de deux heures à 85 %. Elle a toutefois enregistré un pourcentage de 47,9 %. Le pourcentage de la clientèle ambulatoire dont la durée de séjour est de moins de 4 heures aurait dû être aussi de 85 %. On estime plutôt un pourcentage de 49,6 %.

Des contraintes

Le CISSSME a répertorié plusieurs facteurs qui auraient contribué à ne pas atteindre les cibles comme le manque de lits. Aussi, le manque de ressources médicales aurait accru l’écart entre l’achalandage et la capacité de prise en charge de la clientèle. Le rapport annuel fait état que l’engorgement de l’urgence, par la difficulté de l’accessibilité à un lit de courte durée, ajoute de la pression à l’équipe médicale et ralentit le processus.

On constate une augmentation de l’achalandage à l’urgence année après année, ce qui rendrait l’atteinte de la cible plus laborieuse. Afin d’améliorer l’urgence à l’hôpital Honoré-Mercier, le CISSSME a commencé les travaux d’agrandissement de l’urgence depuis le 2 décembre. Il s’agit d’un investissement de 69 M$ qui permettra d’améliorer la fonctionnalité du secteur de l’unité de médecine de jour, de l’aire clinico-administrative et des aires de soutien.

L’administration travaille aussi à relocaliser des secteurs en santé mentale, puis à réviser les processus et la consolidation des équipes médicales afin d’améliorer les résultats.

image