21 mars 2013
Campagne Cennes noires pour Haïti
Les soeurs de Saint-Joseph ont roulé 80 000 cennes noires
Par: Le Courrier
Marguerite Aussant, soeur de Saint-Joseph, en compagnie de celles qui ont collaboré à rouler plus de 80 000 cennes noires.

Marguerite Aussant, soeur de Saint-Joseph, en compagnie de celles qui ont collaboré à rouler plus de 80 000 cennes noires.

À son retour de voyage, Marguerite Aussant, soeur de Saint-Joseph et présidente de la Fondation Haïti-Partage, avait le coeur gros. Il était rempli d’espoir et de fierté. Une fierté envers ceux et celles qui ont répondu en masse à son projet d’amasser des fonds au profit du Centre communautaire Perpétuel Secours de Jérémie, en Haïti.

Publicité
Activer le son

Près de 1 500 $ en cennes noires ont été amassés avant le départ de soeur Aussant pour Haïti le 18 février. Elle a tenu une conférence de presse, le 7 mars, à la Résidence Saint-Joseph afin d’exprimer sa reconnaissance envers la communauté maskoutaine et tous ceux qui ont été des acteurs dans la réussite du projet. Mais aussi pour témoigner des conséquences de l’ouragan Sandy pour la communauté haïtienne.

« Dans un premier temps, je voudrais dire merci. Merci du fond du coeur à la population maskoutaine et celle des environs pour leur appui à la campagne des Cennes noires. Les soeurs ont roulé au-delà de 80 000 cennes noires. Et je peux vous dire qu’elles ont fait du chemin. Elles ont même traversé les océans! » La priorité de la Fondation Haïti-Partage étant les enfants et l’agriculture, l’argent amassé a été distribué aux l’écoles primaires et aux orphelinats situés aux Abricots et à Jérémie, dans la région de la Grande Anse, dont les récoltes ont été dévastées par l’ouragan et plus précisément au Centre communautaire Perpétuel Secours de Jérémie qui compte près d’une quarantaine d’orphelins. « Nous avons remis l’équivalent de 50 $ en riz à chaque établissement et 825 $ américains pour l’orphelinat de Mme [Éliane] Moussignac, directrice du centre », explique la soeur. « Remettre quelque chose à une personne de main en main est un vrai trésor », poursuit-elle.Cette dernière a également tenu à remettre les pendules à l’heure concernant la détresse bien présente des Haïtiens depuis le passage de Sandy à l’automne 2012, soit deux ans après le séisme de 2010. « N’allez pas penser que les traumatismes du séisme ont tous été évacués. C’est encore très présent et la population haïtienne fait face actuellement à des problèmes majeurs de maladies et de manque de nourriture. Les terres fertiles ont été dévastées, lavées, après Sandy. Pour les enfants, les parents et les paysans, il faut encore tout recommencer. »La campagne Cennes noires pour Haïti se poursuit. Ceux et celles qui veulent faire don de leurs cennes noires peuvent toujours les déposer au secrétariat de l’évêché. On peut visionner les remerciements des frères et soeurs haïtiens sur le site Internet de la fondation à l’adresse www.fondationhaitipartage.org

image